Il a soutenu Benflis en 2004 : Karim Younès interdit de dédicacer ses livres

6
Karim Younès
Karim Younès

ALGÉRIE (Tamurt) – Karim Younès, ancien ministre et ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN) mais aussi haut cadre du FLN semble être désormais persona non grata. Il est en train de payer ses choix politiques. En effet, lors des élections présidentielles de 2004, il avait jeté son dévolu sur le candidat à la présidentielle Ali Benflis au détriment du président candidat Abdelaziz Bouteflika. Ce qui lui avait valu carrément son poste de président d’APN après la « réélection » de Bouteflika en 2004. Depuis, Karim Younès semble galérer. Pour remplir son temps, il a écrit quelques livres qu’il dédicace de temps à autres dans des villes algériennes.

Il rencontre ses lecteurs et quelques journalistes mais refuse catégoriquement de se prononcer sur l’actualité politique, quand bien même les journalistes insistent pour lui arracher quelques déclarations politiques. C’est un peu normal, chat échaudé craint l’eau froide, dira-t-on. Malgré cette absence de prise de position, Karim Younès continue de payer pour ses choix passés en s’opposant à Bouteflika et en soutenant Benflis en 2004. Ce lundi 16  avril, Karim Younès devait animer une séance de vente-dédicace pour ses livres dans la région d’El Khroub dans la wilaya de Constantine.

Comme on peut le constater, Karim Younès « a bien choisi la date, journée du savoir et également anniversaire de la mort d’Ibn Badis ». Mais, grande surprise, la rencontre culturelle a été interdite. «  Je viens d’être informé à moins de 24 heures, de l’interdiction de l’organisation de la séance de présentation et de signature de mes deux dernières publications qui devait se tenir le 16 avril au centre culturel d’El Khroub (Constantine) », a révélé Karim Younès. Ce dernier ajoute qu’aucune explication rationnelle ne lui été fournie. C’est comme s’il y avait de la rationalité dans la gestion en Algérie. Il était ministre et président de l’APN, il est donc bien placé pour savoir pourquoi on a interdit sa rencontre.

Tarik Haddouche