Il est le président du Congrès Mondial Amazigh : Fathi Khalfa victime d’une campagne de dénigrement en Libye

8

LIBYE (Tamurt) – Un appel direct au meurtre à l’encotre de ce militant infatigable, élu lors du congrès du CMA tenu à l’île du Djerba (Tunisie) en octobre 2011. Ces graves dérapages ont suscité la colère et surtout l’indignation des militants démocrates et des Amazighs de Libye, numériquement nettement supérieurs aux arabophones.

Le message véhiculé par ce groupe raciste qui inverse les rôles, selon le mode habituel des racistes dit :  » Que Dieu combatte celui qui sème la discorde. Tu (Fathi N Khlifa) cherches à entraîner les Berbères à combattre leurs frères arabes pour le compte des occidentaux. Toi qui es à la solde des séparatistes, sache que nous avons convenus, quelques Arabes avec quelques Berbères, de combattre l’injustice et l’invasion (sic) et nous serons un obstacle contre tous ceux qui sèment la discorde en Libye. Vous essayez de soulever les Berbères contre les Arabes afin de faire régner l’anarchie en provoquant une guerre sans précédent. A la tête de cette discorde il y a Fahti N Khlifa qui injecte son venin dans le but de désunir la Libye par le séparatisme ».

On se demande si revendiquer un droit culturelle et identitaire relève du racisme au de ségrégation ? Matoub Lounèsn d son vivant leur rependait ainsi : « On ne peut pas être racistes ni régionalistes, lorsque nous même nous souffrons du racisme et du régionalisme ».

Les menaces et les intimidations des islamistes envers les militants Amazighs n’altèrent en rien leur volonté de continuer leur combat noble pour arracher leurs droits bafoués des années durant. Le mur du silence est brisé depuis fort longtemps à travers l’ensemble des terres de l’Afrique du nord. La tyrannie est vaincue, le peuple amazigh aussi triomphera. « Le CMA ne peut que dénoncer les croisades contre son Président qui ne fait que réhabiliter les Amazighs de libyens victimes des pratiques discriminatoires et attentatoires à leurs droits identitaires,culturels,linguistiques et socio-économiques sous le régime génocidaire de Kaddafi. Aujourd’hui, ceux qui s’attaquent lâchement au combat de notre Président ne sont que des résidus du kaddafisme en voie d’extinction dans la Libye », nous déclara Hcine Azem, membre du conseil fédéral du Congrès Mondial Amazigh. Notre interlocuteur ajoutera: « d’autre part,les Etats du Nord de l’Afrique se doivent de reconnaître la dimension amazighe de leurs peuples respectifs et mettre les mécanismes pertinents d’accession à leur droit à l’auto-détermination en application des instruments du droit international auxquels les Etats se souscrivent pleinement et entièrement devant les instances la communauté internationale ».

Syfax N’Ath Wezguen