Il insulte et menace un gréviste de la faim à Sidi Aïch : Grave dérapage d’un député du FFS

13

BOUGIE (Tamurt) – Des témoins rapportent de graves déclarations faites au gréviste par le « député ». En effet, ce dernier, soucieux sans doute de plaire aux maîtres du moment, a lors de l’entrevue qu’il a eu avec Moussi une fois arrivé sur place, et accompagné des membres de la section FFS de la localité, réitéré les propositions faites par le chef de daïra de Sidi Aich au gréviste. « Le chef de daïra a donné un appartement à ton frère, et tu dois accepter cette proposition sinon tu crèves ici », a déclaré le député du FFS à l’adresse du gréviste. Kamel Moussi a expliqué que l’appartement en question appartient plutôt à son frère. Il a ajouté que la relation entre lui et son frère étant détériorée, il ne peut habiter dans un même appartement.

Et c’est tout naturellement que devant cette réplique inattendue d’un député issu, pourtant «d’un parti dit d’opposition », le gréviste a répondu : « vous êtes des députés qui ne valent rien ». En réaction à cette réponse du gréviste, Chafaâ Bouaich, a toute honte bue, menacé le jeune Kamel Moussi et l’a insulté tout en le menaçant. «Je vais t’écraser la tête contre le mur », a répliqué Bouaiche.

La tension est ensuite montée de plusieurs crans. Les membres de la section FFS de Sidi Aich ont après coup, attaqué les amis de Kamel Moussi. Ce dernier étant épuisé par la grève de la faim, transporté à l’hôpital pour des soins. La Coordination de la jeunesse de Sidi Aich-libre a dénoncé cette agression et ces menaces d’un député qui bénéficie de l’impunité de son statut et assure le jeune Kamel de son soutien indéfectible.

On rappellera qu’avant-hier, un sit-in de soutien à Kamel Moussi, a eu lieu à Sidi Aich. Plusieurs militants du MAK ont pris part à cette action ainsi que d’autres citoyens de la localité. Depuis qu’il a entamé son action, Moussi a bénéficié du soutien du MAK et des militants autonomistes qui ont réitéré leur détermination à soutenir toute action juste et à défendre le citoyen kabyle, dans toute circonstance.

Redaction Tamurt