Les lycéens rendent hommage à leur tour au martyr Méziani Mehenni

2

En carrés superbement ordonnés, les manifestants, tout au long de la marche, scandaient : « Ass-a azekka, mezyaini mhenni yella yella » « Justice pour nos martyrs ! », « Ulac Smah Ulac ! », Kabylie autonome !», « Ferhat di tmurt-nnegh, timanit d asirem-nnegh !», « Mazal-agh dhimazihène ! ».

Sur des banderoles, on pouvait lire : « Pas de vote sans l’autonomie de la Kabylie !», « Le peuple kabyle reconnaît et soutien l’Etat de l’Azawad », « M’henni (feu Méziani M’henni ndlr) yella yella ». Arrivés à leur point de chute, les manifestants, après le dépôt d’une gerbe de fleurs sur la tombe du martyr, ont d’abord observé une minute de silence pour ensuite faire le tour de la prise de parole. C’est alors que les organisateurs ont invité le président du MAK, M. Bouaziz Aït-Chebib, à faire une allocution.

L’homme, habitué à ce genre d’intervention, a fait l’historicité du mouvement du Printemps Noir et remonte ensuite le fil jusqu’à arriver à la situation actuelle sans omettre naturellement de mentionner les attentes de la Kabylie.

Dans ce cadre précis, le président du MAK a comparé l’acte participatif aux élections du 10 mai prochain à la trahison de la mémoire des martyrs du Printemps Noir. Toujours avec sa voix pleine d’assurance, M. Bouaziz Aït-Chebib a rappelé à l’assistance, nombreuse et fort attentionnée, que les crimes commis au printemps 2001 contre les jeunes kabyles ne resteront pas impunis car, le président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) a déposé une plainte en bonne et due forme auprès du tribunal pénal international (TPI) contre les auteurs du crime. Sur le même chapitre, le président du MAK a informé l’assistance que les crimes commis contre la jeunesse kabyle ne resteront pas sans suite.

De même, en rendant hommage aux martyrs du Printemps Noir, le président du GPK a déclaré avec véhémence que leur mort n’est pas vaine car l’idéal pour lequel ils ont donné leurs vies sera concrétisé. En ce qui les concerne, les lycéens ont, à leur tour, prouvé leur attachement à l’autonomie de la Kabylie et prouvé au même temps qu’ils sont dignes de prendre à leur tour l’étendard de la Kabylie combattante et digne.

De Tizi-Ouzou, par Saïd Tissegouine

Comments are closed.