Ils contrôlent déjà toute la région nord : Les kurdes syriens réclament leur autonomie

8

KURDES (Tamurt) – Les drapeaux de la région kurde flottent partout au nord de la Syrie, en signe de victoire. Les Kurdes de ce pays ne voient pas en la chute prévisible du régime de Bechar El Assad une victoire.

En réclamant leur autonomie, ils veulent parer à une prise du pouvoir par les islamistes. Une éventualité à ne pas écarter d’ailleurs. Les cas de la Tunisie, de l’Egypte et du Maroc qui ont vécu des situations similaires, où les islamistes ont accédés au pouvoir dès les premières élections, sont les exemples les plus édifiants. Les kurdes, qui ont grandement participé au soulèvement populaire et à la lutte armée, sont plus que jamais déterminés à faire triompher leur cause. Un pas de géant a été déjà réalisé.

Leur langue est déjà enseignée dans les écoles. Elle sera la langue officielle dans l’administration dans les prochains mois. L’arabe, qui leur a été imposée, est considérée comme une langue étrangère. Le parti démocrate kurde s’occupe de toutes les modalités à mettre en place pour ériger des institutions fortes qui prendront en charge le quotidien du peuple kurde. Il ne veut pas perdre de temps. Les leçons sont bien tirées. Ils ont pris le soin de ne pas tomber dans le piège de l’intégrisme islamiste. La mise en place d’un système de gestion de leur autonomie basée sur la démocratie et la laïcité est en cours.

Toutes les conditions sont apparemment réunies, notamment le soutien international. Même si la proclamation de leur autonomie n’a pas suscité des réactions de la part de la communauté internationale, aucun pays ne s’y est opposé. Les autres puissances, régionales et occidentales, sont pour le moment occupées à trouver des solutions au problème de la Syrie globalement.

Les kurdes Syriens, par ailleurs, ne veulent guère entrer en contact avec le PKK, une organisation paramilitaire des kurdes de la Turquie voisine, considérée comme une organisation terroriste par la communauté internationale. Les groupes armés kurdes Syriens qui assurent la sécurité de leur région se sont aussi distingués par leur professionnalisme. Même s’ils ont pris les armes et participé à la lutte armée, ils ne sont cités par aucune ONG dans aucun cas de maltraitance et de torture sur leur adversaires.

Nadia Iflis