Inédit : l’avocat Kader Houali plaide en kabyle au tribunal de Constantine

8
L'avocat Kader HOUALI
L'avocat Kader HOUALI

ALGERIE (TAMURT) – Fait inédit, sans doute dans les annales de la justice algérienne, où aucune langue autre que l’arabe classique n’est admise dans les plaidoiries des avocats. L’avocat Kader Houali a défié le pouvoir algérien, arabo-islamique, en faisant son intervention, intégralement, dans la langue kabyle.

Il s’agit d’un acte courageux voire héroïque car des avocats plus connus et ayant un long parcours n’ont pas réussi l’exploit de Kader Houali. Ce dernier entrera sans doute dans l’histoire pour avoir fait ce qu’aucun autre de ses confrères n’a pas osé concrétiser. Pourtant, la loi et la Constitution algériennes sont du côté de tout avocat qui prendra l’initiative de plaider en kabyle dans les tribunaux puisque depuis 2016, la Constitution algérienne stipule « que tamazight est langue nationale et officielle ». Kader Houali a donc saisi le fait que la loi soit de son côté pour passer à l’acte courageusement.

Dans une déclaration rendue publique hier par l’avocat Kader Houali, ce dernier souligne : « Mon plaidoyer en kabyle dans le procès de Mazigh Semmani au tribunal de Constantine a suscité beaucoup de réactions, entre ceux qui ont applaudi et ceux qui m’ont demandé pourquoi n’ai-je pas plaidé en arabe ». Le concerné ajoute que son attitude découle de ses convictions personnelles. Kader Houali souligne en outre : « Faut-il rappeler que Tamazight est instituée langue nationale et officielle et il est de mon devoir de contribuer à la promotion de ma langue, ne serait-ce que par des plaidoyers dans l’exercice de mon métier. Aussi, je pense à tous ces analphabètes de la langue arabe qui sont souvent torturés dans les tribunaux avec une langue qu’ils ne comprennent pas. Je pense à ces grands-parents et ces grands-mères qui se voient obligés de demander un traducteur dans des procès qui les engagent. Être militant de l’identité ne consiste pas seulement à le crier dans les marches, ce sont des gestes pareils qui peuvent contribuer à l’officialisation effective de Tamazight. Plutôt que de me poser des questions pourquoi je l’ai fait, il va falloir suivre l’exemple et inventer des actions similaires pour introduire Tamazight de façon efficace dans notre quotidien, à l’administration comme partout ailleurs ».

Le courageux et digne avocat Kader Houali conclut en s’engageant : « Je continuerai à plaider en Tamazight (Kabyle) à chaque fois que l’occasion se présente. Cela fait partie de mon combat et de mon engagement ».

Tarik Haddouche

8 COMMENTAIRES

  1. Normalement c’est au pouvoir de l’imposer a tout les Arabophones et non le contraire, mais dans ce pays Algérie du general Schneider depuis 1839 , il ne peut pas être autrement d’autant plus qu’on avait volontairement falsifié l’histoire pour présente la langue des hilaliens comme étant celle du pays et du coran et en plus sacralisée soit disant par Allah. Le pouvoir et les traitres algériens depuis 62 avaient utilisé toutes les manipulations possible inimaginable pour faire des amazighs des étrangers chez eux et leur langue comme une sous langue. Ils ont quand même réussi en partie par convaincre certaines familles de simplets et en acheter comme les Kasdi Merbah, les Ouyehya, les Benyounes, etc,…. afin qu’ils renoncent à leur kabylité et amazighité et ainsi abandonner leur langue, leurs traditions 100% amazighs, leurs croyantes religieuses spécifiques anciennes, leur humanisme typiquement kabyle, leurs solidarités hérités (tiwizi, timechret) de nos ancêtres pour les remplacer par des coutumes arabes venues des fin fond du pays quorechite ?

  2. @Ali
    apparemment ta suppose provocation marche uniquement dans un sens. Franchement quand quique ce soit parle en arabe a des Kabyles c’est aussi de la provocation. Vas tu denoncer cela aussi ? Non bien sur vous voyez que la bosse des autres pas la votre.

  3. Pas des tout, constantine est une ville berbère aucune provocation juste une raison de vivre est cet avocat d’miss an l’halal
    Ahudu ahunu.

  4. @Ali, et vos gendarmes et votre  » justice  » en kabylie, c’ est pire, même quand ils sont e origine kabyle ils sont obligés de parler arabe

  5. Tamazight langue officielle ? Aller au nouvel aeoport d’Alger et voyer les signes dans quelle langues ils sont ecrit : arabe, francais, anglais mais pas une trace de tamazight!!! les fanfaronades et ridicules des decideurs arabo-islamistes algeriens ne sont pas pres de froler la pointe de l’imbecilite et de la haine de soi meme et de leurs compatriotes Amazigh. Ce qu’a fait cet avocat est tres juste et doit etre suivit partout dans toutes les scenes algeriennes: tele, ecoles, universites, courts, assembles et surtout dans les rues! Voyez le Tabou qui parlait a tout le monde en arabe ou il a termine!

  6. C est de la foutaise plaider en kabyle a constantine ville arabophone ou personne ne comprend cette langue c’est de la provocation envers ses habitants et la considérer comme un exploit de cet avocat et de la propagande. A la rigueur une plaidoirie en kabyle devant un tribunal a tizi ouzou ou tous parlent cette langue est normal mais faire un discours en kabyle devant un auditoire de sidi bel abbés ou annaba qui ne comprennent rien à cette langue et déclarer que c’est la constitution qui le stipule s’est allé vite en besogne.Mais sans le laisse allé du juge qui aurais dut l’interrompre .
    .

  7. C’ est toujours dans l’ assimilation. Accepter que des tribunaux arabes et des institutions arabes qui véhiculent la vision arabe du droit et de la société et croire que si ce contenu sémantique juridique infecte est injecté dans le corps De l’ âme Kabyle en recourant à la langue amazigh serait un pas en avant, c’ est qu’on est disponibles à être chaire à canons. C’ est l’ exact réplique du système de communication avec la TV amazigh de l’ État arabe qui Arabie les kabyles à partir de la structure mentale.
    Une corde avec noeud sur un tabouret les mains liées comme cravate pour fêter!

  8. Nuance. La constitutionnette dit que l’arabe est langue d’Etat et la source juridique, c’est à dire toute loi doit s’aligner sur les perceptes coraniques. Une république islamique en sourdine. La Kabylie est laique depuis des millénaires, plier notre langue pour en faire l’instrument de l’Etat islamique n’est pas une victoire. L’existence d’un peuple est un droit et disposer de sa propre conception de l’espace social organisationnel ne peut etre dicté par une autre culture. La langue et la loi sont les codes d’entrée, les imposer à un autre peuple est simplement du colonialisme. Les arabisants d’origine Kabyle qui travaillent dans l’administration arabe ne doivent pas faire la courroie de transmission d’un système éducatif ou judiciaire arabe foncièrement islamiste et anti-AMAZIGH. A’ la dignité on accède entierement et pas par portions de l’etre.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici