Inscription des militaires sur le fichier électoral : Les prémices d’une fraude massive

6

ALGÉRIE (Tamurt) – On s’en doutait au début du lancement de la campagne, via la convocation du corps électoral par Bouteflika. Maintenant les choses sont claires comme de l’eau de roche.

Ni les engagements solennels de Bouteflika, ni la suite donnée à ces « garanties » par ses relais médiatiques et politiques ne peuvent apporter la preuve de la volonté du pouvoir algérien d’organiser des élections honnêtes et propres.

Le ton a été donné par Ahmed Ouyahia, Premier ministre, patron d’un parti né d’une fraude massive et d’un détournement d’une volonté politique pour s’opposer à l’intégrisme. « On va renforcer la sécurité lors du scrutin », a-t-il annoncé récemment. Cette déclaration n’est pas fausse.

C’est une suite logique à ce que les laboratoires du régime préparent pour assurer d’abord une forte participation avec un tripotage sans précédent des listes électorales, ensuite, assurer une victoire à ses fidèles serviteurs, dont le FFS fait partie désormais.

Plus de 400.000 militaires ont été inscrits sur le fichier électoral sans qu’ils aient présentés la preuve de leur radiation du fichier électoral de leur commune d’origine. Ce nombre sera revu à la hausse puisque 1 millions de militaires sont en activité dans les casernes. Avec un tel réservoir, 1 million de voix, que reste-t-il de crédibilité à une élection dont le processus de préparation est déjà biaisé ? Quelle sera la réaction des partis, surtout le FFS qui s’est joint à la kermesse du régime ?

Malgré la forte pression exercée sur la Kabylie, avec la présence de plusieurs milliers de soldats de l’Armée algérienne, le citoyen kabyle est resté convaincu que sa « voix » exprimée par son abstension pour dire non à une nouvelle mascarade sera entendue. Le MAK, soulagé par la position du RCD, pourra dire que la Kabylie a définitivement rompu avec le régime, en boudant, encore une fois, une élection qui ne la concerne pas.

Un appel est déjà lancé depuis les dernières intempéries pour dire haut et fort que hormis un référendum sur l’autodétermination de la Kabylie, aucune autre élection n’aura l’aval des Kabyles libres.

A.A

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici