Les intellectuels Kabyles ignorent Naïma Salhi

1
Naïma-Salhi
Naïma-Salhi

KABYLIE (Tamurt) – En juin 1998, quelques heures seulement après l’enterrement de Matoub Lounès après son assassinat par les services de la sécurité militaire algérienne, le fasciste Mahfoud Nahnah avait déclaré « qu’heureusement les Kabyles n’ont pas enterré Matoub Lounès dans un cimetière musulman ». 

Une déclaration haineuse et provocatrice au moment ou toute la Kabylie bouillonnait. à l’époque personne ne lui répondit. Tout le monde l’avait ignoré. Nahnah était resté à sa faim comme un crétin. Y avait que le journal Liberté qui lui a consacré une petite brève dans la rubrique « Radar », on titrant: » Aux imbéciles, on répond par le silence ».  Aujourd’hui, à l’ère des réseaux sociaux une autre raciste vient de récidiver et un bon nombre de Kabyles lui ont répondu spontanément.

Mais les intellectuels et les politiciens Kabyles ont préféré l’ignorer. Hormis un député du Bouira, du parti du FFS, un parti qui ne rageait jamais à chaud au temps de Hocine Aït Ahmed, personne d’autre n’a fait la moindre allusion à cette Salhi. « Cette femme ne m’intéresse pas », s’est contenté de déclarer Ferhat Mehenni supplié de réagir à Naïma Salhi. Ni Saïd Sadi, Ni Frère Mhend, ni Bouaziz Aït Chebib ni autres personnes n’ont soufflé le moindre mot aux insultes de Naïma Salhi. Saïd Chemakh, Aït Larbi, pour ne citer que ceux là, ont ignoré cette Salhi. Effectivement, la meilleure réponse à une imbécile, c’est toujours le silence.

Ravah Amokrane