Interdit-on aux opérateurs téléphoniques d’introduire le kabyle ?

25

ALGERIE (Tamurt) – Les trois opérateurs téléphoniques algériens, Djezzy, Oredoo et Mobilis, ignorent la langue tamazight. Ils préfèrent intégrer des langues étrangères plutôt que la langue de leurs clients.

Dans les diverses communications ou enregistrements des répondeurs automatiques, le client a le droit à l’arabe, au français et parfois à l’anglais. Point de tamazight. Pourtant une bonne partie des algériens ne comprennent que leur langue maternelle, « tamazight ».

En Kabylie, hormis les jeunes, plus de la moitié de la population ne comprend ni l’arabe ni de l’anglais. Les trois opérateurs téléphoniques algériens qui ramassent des fortunes depuis des années sur le dos des Kabyles ne daignent pas respecter la langue de ce peuple. Pourquoi un tel mépris alors que rien ne leur interdit d’intégrer la langue kabyle pour communiquer avec les clients qui se comptent par millions.

Tout porte à croire que le pouvoir algérien les dissuade d’utiliser le kabyle. Sinon comment expliquer cette négligence, alors que la concurrence est rude entre les trois opérateurs. Une option qui n’a certainement pas échappé aux responsables de Djezzy, Mobilis et Oredoo.

Tout Kabyle s’acquittant de ses frais de communication est un client qui a le droit d’exiger l’usage de sa langue maternelle au niveau des standards de ces opérateurs.

 Lounès B.