Intervention de Tebboune : un non-événement à Bgayet et Tizi Ouzou

2
Tebboune
Tebboune

KABYLIE (TAMURT) – L’intervention télévisée du président Abdelmadjid Tebboune, dans la soirée de mercredi à jeudi dernier, face à sept patrons de presse du secteur public et privé, a été un non-événement aussi bien à Bgayet que dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Ainsi, la population de la Kabylie ne s’est aucunement intéressée à cette première conférence de presse animée par le président algérien « élu » le 12 décembre dernier dans les conditions que tout le monde connait. Diffusée en direct par la majorité des chaines de télévisions publiques et privées algériennes (toutes proches du pouvoir actuel, faut-il le rappeler), cette intervention médiatique a été tout simplement boudée par les citoyens de Kabylie qui n’ont exprimé aucun intérêt à son égard. C’est un constat unanime relevé un peu partout en Kabylie suite à la diffusion de cette rencontre médiatique, présentée par les proches du pouvoir comme étant une « révolution » en matière de communication de la part d’un président de la République algérienne.

Mais, comme tous ceux qui ont suivi cette conférence de presse l’ont sans doute constaté, aucun débat contradictoire n’a caractérisé cette rencontre où toutes les questions posées par les sept journalistes n’ont aucunement abordé les sujets qui fâchent. D’ailleurs, la majorité du temps de la rencontre a été consacré à des questions économiques très vagues sans qu’aucunement ne soient soulevés des sujets « chauds » et d’actualité, qui ne manquent pas d’ailleurs. Il s’agit en effet, d’une rencontre avec les patrons de presse organisée juste pour la forme.

D’ailleurs, les sept patrons de presse conviés à cette rencontre sont tous réputés pour être des défenseurs acharnés voire « aveugles » du pouvoir algérien. Ils ont été sciemment et volontairement choisis pour permettre à cette rencontre de se dérouler comme on l’a voulue et planifiée. Une rencontre jugée inutile dans toute la région de Kabylie.

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. Ce n’est pas mon Berzidan, meme pas par défaut. J’ai lu son intervention, lamentable. C’est certain que les généraux tiennent les reines du pouvoir, le gas et le petrole sont la monnaie de change pour le silence des chancelleries. L’unique certitude est que les maitres placés par De Gaulle veulent maintenir la visière de l’arabisme et islamisme quitte à finir dernier de l’Afrique. Désobeissance citoyenne.

  2. Et bien sure ce president designe par les generaux n’as parle que dans l’un des langues officielles de l’Algerie et c’etait evidemment pas Tamazight. Preuve que ceux qui controllent ce pays ne respectent rien et surtout pas les sensitivites communautaires et cultturelles.. Il a surement rabache le meme discours de ses predessesseurs: de la rethorique arabo-imbecilique qui mene petit a petit le pays a la banqueroute totale.. oh attendez ..le petrole a rebondit ..et le petrole du schyte vas sauver le pays : les entrailles du pays regorge de ce liquide d’or.. alors la mafia a toujours de bons jours devant elle.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici