Interview express avec Lounes SABI, chanteur compositeur kabyle

0

Tamurt.info : Merci de te présenter auprès de nos lecteurs.

Sabi Lounes : Tout d’abord, je remercie l’équipe de Tamurt.info qui m’a offert cette occasion de m’exprimer à travers ses colonnes. Je remercie par avance tous ceux et toutes celles qui liront cet entretien. Voila, je suis Lounes SABI, auteur compositeur et interprète originaire d’Attouche Daïra de Makouda, Tizi-ouzou. J’ai à mon actif trois (3) albums sur le marché. Le premier édité en 2005 et qui avait pour titre Semmeḥ-iyi » (Pardonne-moi), le deuxième Muqqlent wallen » (Visions) édité en 2007, puis vient le troisième, sorti en février 2010 et qui a pour titre Tajmilt iy fennanen (hommage aux artistes) dans lequel on retrouvera 12 chansons. Comme j’ai aussi plusieurs clips vidéo.

Tamurt.info : Qu’est ce qui te motive le plus à investir le terrain de la chanson?

Sabi Lounes : L’envie de s’exprimer est un besoin de tout être humain. Chacun le fait à sa manière. Pour moi, c’est par le chant que je formule mieux mes pensées et sensations intérieurs. C’est aussi ma manière de contribuer à l’enrichissement et à l’épanouissement de notre langue et culture.

Tamurt.info : Selon toi, le Kabyle est une langue capable de tout faire, ou plutôt juste une langue de chants (folklore)?

Sabi Lounes : La langue Kabyle existe depuis bien des siècles. Elle a résisté à toutes les invasions. Elle a côtoyé plusieurs civilisations… ce qui fait d’elle une langue capable de véhiculer la connaissance et le savoir qui nous a, d‘ailleurs, permis d’exister, en tant que Kabyles, jusqu’au jour d’aujourd’hui. Maintenant qu’on l’écrit et étudie, le kabyle aura bien sa place parmi les langues du savoir.

Tamurt.info : Tu as chanté, en langues étrangères, une de tes chansons avec la participation d’autres artistes étrangers ; selon certains ça serait du mépris à l’égard de la langue kabyle, selon d’autres c’est au contraire une émancipation ; où vous situez-vous par rapport à cette question ?

Sabi Lounes : J’ai bien chanté, avec la participation d’autres artistes une chanson en Kabyle principalement et trois autres langue étrangères chacune associée à un style qui lui convient. Une chanson qui se voulait un hommage à tous les artistes du monde sans exception.
On peu bien parler, chanter ou écrire dans d’autres langues dans le but de véhiculer notre culture dans le souci d’une plus large universalité, à l’exemple de Feraoun, Mammeri, Kateb pour ne citer que cela et même cette interview que vous me faites en langue française malgré l’existence de la langue Taqbaylit.

Tamurt.info : Pour terminer..?

Sabi Lounes : Pour finir, je dirais que nous ne ferons jamais assez pour la promotion de notre culture. Ça devrait être un reflex pour tout un chacun. Gloire à tous ceux et toutes celles qui ont consacré leurs vies pour la création artistique et culturelle. Ceux qui ne sont plus parmi nous, que dieu ait leurs âmes. Alors main dans la main pour alléger le fardeau et aspirer pour des jours meilleurs.
Afud igerrzen akked tudert ɣezzifen i weɣmis tamurt.info. Tanemmirt.

Propos recueillis par Areẓqi Ayemmel.