Les journalistes étrangers interdits dans le Rif

0
Presse

RIF (Tamurt) – Les journalistes étrangers  qui ont désiré se rendre à la ville d’El Hoceima pour couvrir la manifestation et les événements sanglants de vendredi dernier ont été empêchés par les autorités Marocaines. Une attitude que Reporters Sans Frontière à dénoncé d’ailleurs.

Le Makhzen, qui a réprimé les manifestants pour les empêcher même de se rendre à la ville d’El Hoceima, ne veut aucune présence étrangère au pays du Rif, A feu et à sang depuis le mois d’octobre 2016. La presse internationale, dont de grandes chaînes de télévision,  n’a pas pu accéder au Maroc. La plupart des journalistes n’ont pas obtenu de visa et d’autres ont été même empêchés de se rendre à El Hoceima, sous le motif qu’ils n’ont pas d’accréditation ni d’autorisation de couverture.

Le peuple du Rif se trouve alors réprimé à huit clos depuis presque un an maintenant. il revendique, pour rappel, la libération de leader du mouvement Hirak, Ezefzafi et le retrait  des forces sécuritaires de tout le Rif. Le gouvernement Marocain refuse tout dialogue avec les représentants du peuple du Rif et a choisi la politique de pourrissement. Les Rifains ont alors maintenu leur mobilisation et surtout leur désobéissance civile. D’autres manifestations sont prévues dans les jours à venir par le mouvement Hirak. En même temps, un vaste mouvement de Rifains s’organise dans la diaspora, plus particulièrement en Belgique et e Hollande.

Ravah Amokrane