Les kabyles chrétiens : Une cible potentielle de l’Algérie arabo musulmane coloniale.

8
BACCARO

TICHY (Tamurt) – Le village de Baccaro, relevant de la commune de Tichy, a été cette année au mois de ramadhan (juin) le théâtre  de persécution des chrétiens et des non jeuneurs. Le café « les platanes » situé à l’ouest du village a ouvert ses portes pour la clientèle chrétienne, pour les athées et les non jeuneurs. Cependant il ne servait pas les boissons et les sandwichs à la terrasse,  la porte de l’établissement est toujours fermée ou  entre-ouverte. 

Tout se passe bien jusqu’au 3e jour où Monsieur Farid le gérant qui ne se cache pas d’être chrétien dit avoir reçu  la visite des responsables de l’association cultuelle « At Lkhir » affiliée à la mosquée du village qui lui ont demandé gentiment de fermer pour ne pas offenser les fidèles et la population du village.

Puis le lendemain matin il dit avoir vu débarquer, dans son café, une horde de voyous non pratiquants agressifs qui ne font même pas le ramadhan et qui lui ont ordonné de fermer en le menaçant de tout détruire. Farid continue son récit : « Dans l’après midi, ce sont les services de sécurité, un commissaire  et  trois policiers en civil, qui sont rentrés dans mon café avec brutalité utilisant des termes injurieux et dégradants traitant tout le personnel de minables. Le commissaire nous a ordonné de fermer dans  10 minutes en disant qu’on est dans un pays islamique. Je lui ai répondu  que d’après la constitution Algérienne, nous sommes dans un pays laïc et que les minorités doivent être respectées. Le commissaire et les trois policiers ne sont reparti qu’après un contrôle rigoureux et la fermeture de l’établissement  puis ils nous ont menacé par des représailles en cas de réouverture.»

Les échos reçus par Farid disent que les responsables de la mosquée ont été plus que satisfaits de l’intervention de la police.  Mais de nombreux citoyens du village jeuneurs et non jeuneurs ont rendu visite au gérant et au propriétaire du café pour leur exprimer leur soutien et leur opposition à ces pratiques intolérables.

Kader DAHDAH