Kabylie : La corruption qui gangrène Bougie dévoilée au grand jour

15

BOUGIE (Tamurt) – En effet, depuis le scandale de Sonatrach, plusieurs responsables impliqués dans des affaires de corruption et détournement ont été dénoncés et des enquêtes ont été ouvertes.

A Bougie, après le gasoil détourné par le chef de parc de la commune de Tinebdar, les couffins du ramadhan de la commune d’Akbou détournés par des responsables de la mairie et du mouvement associatif et l’audit impliquant des responsables de BMT, une coentreprise algéro-singapourienne, dans des affaires de détournement et de mauvaise gestion, le secteur de l’éducation est, à son tour, pointé du doigt.

Dans une lettre anonyme transmise au ministre de l’éducation, dont nous détenons une copie, aux procureur général, chef de sûreté, commandant de groupement de gendarmerie et wali de Bougie, des affaires de détournement et de corruption ont été dévoilées et impliquent une brochette de responsables de la direction de l’éducation de Bougie avec la bénédiction des syndicalistes de la corporation.

Celle-ci est qualifiée de maffia qui paralyse tout développement ou modernité du système et qui développe plutôt une stratégie d’intérêts à laquelle elle fait participer, sans rencontrer à chaque fois d’entraves, tout nouveau directeur de wilaya qu’elle aurait préalablement analysé psychologiquement pour le soudoyer et l’impliquer.

Ainsi donc, depuis l’installation de l’actuel directeur de wilaya en 2009, le chef de service du personnel, qui aspire par ailleurs au poste de secrétaire général de la direction de l’éducation, toucherait des pots de vin de 50 millions pour le recrutement d’un professeur de lycée, 40 pour le professeur de collège et 30 pour l’enseignant du primaire qu’il partagerait avec son chef, le directeur de l’éducation en l’occurrence.

400 millions de centimes ont été payés, sur le budget de cette direction, à une entreprise privée d’Ath Djellil, pour la pose de deux simples portes en aluminium. Par ailleurs, 40 millions ont été versés fictivement à Renault Bougie pour le remplacement d’une boite à vitesse d’un véhicule de service, opération jamais effectuée.

Ce fournisseur aurait eu le marché de vente de véhicules Renault Kangoo à tous les établissements scolaires de la wilaya, ce qui aurait permis au chef de service de la formation de la direction de l’éducation de bénéficier d’une Clio et au chef de service financier, d’une Logan, en guise de cadeaux. Pêle-mêle, les rédacteurs anonymes du rapport accablant dénoncent un chef de bureau du service du personnel qui aurait recruté 4 de ses frères pour des postes de concierges avec logements d’astreinte, un syndicaliste et néanmoins chef de bureau dans la même direction qui aurait imposé son fils dans la liste des admis au concours de recrutement des professeurs d’enseignement secondaire malgré ses mauvais résultats et enfin un inspecteur de la fonction public, corps indépendant de l’éducation, voit ses déjeuners payés chez un restaurateur privé de la ville de Bougie, sur le compte de l’éducation.

Les rédacteurs du rapport accablant, outre les responsables de la direction de l’éducation et les syndicalistes mouillés, accusent des directeurs et des économes d’établissements scolaires, à l’instar de ceux du collège Nacéria, du lycée d’Ighil Ouazzoug du chef-lieu de wilaya et des collèges d’Amizour et Darguina, d’être à la solde de cette maffia qui en profite au maximum.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici