Kabylie : les émigrés sont repartis

0
Bateau de voyageurs
Bateau de voyageurs

KABYLIE (Tamurt) – Désormais, les rues de la ville de Tizi Ouzou et de pas mal d’autres villes de Kabylie ont perdu l’un des aspects les plus charmants qu’elles offrent pendant les trois mois de l’été. En effet, on ne croise plus les centaines d’émigrés qui sillonnent toutes la ville et autres rues de la Kabylie pendant l’été renvoyant de belles images de retrouvailles émouvantes et chaleureuses  entre les enfants du pays et leur pays.

En effet, depuis particulièrement dix jours, les émigrés sont repartis presque simultanément vers les pays où ils résident désormais principalement vers la France, d’abord, puis le Canada, les Etats Unis, etc.

Ainsi, c’est presque la fin des vacances pour les kabyles qui vivent au pays mais c’est également le cas en ce qui concerne ceux qui résident à l’étranger. Ils  sont donc repartis et il faut reconnaitre qu’ils ont laissé un vide. Depuis une semaine, on n’aperçoit d’ailleurs que rarement les véhicules immatriculés en France dans les différentes rues de Kabylie. Ce qui était très fréquent jusqu’à il y a une dizaine de jours.

Les émigrés qui ont quitté le territoire de la Kabylie presque tous au même moment ont, toutefois, pris tout le temps nécessaire, comme chaque année, pour se ressourcer et surtout pour rendre visite à leurs proches, à prendre part aux différentes fêtes de mariage auxquelles ils sont conviés mais aussi à passer quelques jours de fraicheur en bord de mer dans les différentes plages des wilayas de Bgayet et Tizi Ouzou.

Il faut rappeler que cette année, la majorité des émigrés ont choisi de ne venir au pays qu’après la fin du mois de ramadan. C’est donc à partir de la première semaine du mois de juillet que les premiers émigrés sont arrivés avant que leur nombre n’augmente de manière considérable dès le début du mois d’août. Rentrer au pays, en été, est une étape que la majorité des émigrés ne peuvent rater en aucun cas.

Tahar Khellaf