La Kabylie leur tournera le dos : Les élections locales auront lieu le 23 novembre

2
FLN élections

ALGÉRIE (Tamurt) – Les élections locales auront lieu le 23 novembre prochain, a annoncé un communiqué officiel de la  Présidence de la République Algérienne, ce samedi 26 août. Il s’agit d’élections visant à renouveler les assemblées populaires communales et wilayales. Puis, une partie du sénat ou Conseil de la Nation.

A cet effet, un décret a été signé par Abdelaziz Bouteflika, ajoute le même communiqué, lequel décret porte sur la convocation du corps électoral pour les élections des Assemblées populaires communales (APC) et des Assemblées populaires de wilaya (APW). Comme on peut le deviner, tout l’enjeu de ces élections, pour le pouvoir algérien, sera le taux de participation. L’ensemble des partis politiques algériens, sans exception cette fois-ci, ont été instruits fermement par le pouvoir algérien, afin de participer à ces élections dans le but d’enregistrer le plus taux de participation, surtout en Kabylie mais aussi pour leur conférer une certaine crédibilité. Mais en Kabylie, les élections sont devenues un non-événement pour les citoyens depuis plusieurs années déjà. Ainsi, les deux partis RCD et FFS, télécommandés par le pouvoir vont tous les deux y prendre part en dépit des risques de fraude qui pèsent sur ce vote, à l’instar de tous les autres scrutins ayant eu lieu en Algérie.

Mais le RCD et le FFS sont contraints de céder au chantage du pouvoir en contrepartie de quelques privilèges pour la poignée de personnes qui « gèrent » ces deux formations politiques devenues désormais des propriétés privées. Même « Talaia el houriat », le  parti d’Ali Benflis, qui campe jusque-là parfaitement sa mission d’opposant de façade, lui qui était premier ministre lors du drame du printemps noir en Kabylie, va participer aux élections municipales du 23 novembre 2017. C’est dire que quand le pouvoir veut, tous les partis politiques répondent présents. Mais une chose est sûre d’ores et déjà : la Kabylie tournera le dos à ces élections même s’il se trouvera toujours une poignée d’opportunistes qui iront à contre courant avec la volonté populaire.

Tahar Khellaf  

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici