Kahlouche, Hachi, Dourari et Assad : 4 candidats pour la présidence de l’Académie de Tamazight

0
Tamazight
Tamazight

TAMAZGHA (Tamurt) – Quatre candidats sont favoris pour que l’un d’eux soit désigné président de la future Académie de langue tamazight que compte créer le pouvoir algérien dans les prochain mois. Il s’agit de Rabah Kahlouche, Slimane Hachi, Abderrezak Dourari et de Assad Si El Hachimi. Le critère de base retenu par les décideurs pour le choix de celui qui présidera aux destinées de cette académie est, bien entendu, le fait que le concerné ne doit aucunement avoir été un militant de la cause berbère.

Il est évident que l’objectif visé en écartant ce profil consiste à faire de ce président une marionnette à manipuler à longueur de temps. Les quatre personnes sus-citées n’ont jamais milité pour la cause amazighe. Elles n’ont joué aucun rôle durant les différentes étapes importantes traversées par ce combat comme le printemps berbère ainsi que les différents grands événements ayant marqué cette lutte comme la grève du cartable de 1994 et les séminaires du Mouvement culturel berbère. Par ailleurs, en dehors de Rabah Kahlouche, les trois autres n’ont pas de travaux universitaires inhérents à la langue amazighe.

Elles ont, en revanche, un point commun : elles sont toutes des personnes qui émargent au sein régime algérien depuis des décennies. Rabah Kahlouche était recteur de l’université de Tizi Ouzou et avant cela, il a été maire sur la liste du FLN (Front de Libération Nationale) de la commune de Makouda, près de Tigzirt sur Mer. Abderrezak Dourari a découvert Tamazight il y a quelques années. Pendant les années 80, alors qu’il était enseignant à l’université de Tizi Ouzou, ses positions étaient aux antipodes du combat mené à l’époque par les militants du mouvement berbère. Ayant compris que Tamazight pouvait avoir un avenir en Algérie, il n’a pas hésité à changer de fusil d’épaule.

Assad Si El Hachimi n’est autre que le secrétaire général du Haut Commissariat à l’Amazighité qui passe son temps à remercier le Président Abdelaziz Bouteflika « grâce auquel, selon lui, Tamazight, est devenue langue nationale et officielle ». Slimane Hachi est, depuis plus de vingt ans, le directeur du Centre National de recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques d’Alger. Il était, entre autres, le conseiller de Khalida Toumi lorsque cette dernière était ministre de la Culture.

Tarik Haddouche