Karim Tabbou, populisme, opportunisme et connivence avec le général Toufik

2

CONTRIBUTION (TAMURT) – J’ai visionné avec effroi la vidéo dans laquelle Karim Tabbou s’en est pris au drapeau fédéral amazigh dans un lieu symbolique : l’université de Da Lmulud à Tizi-Wezzu. Au moment où les Arabes algériens « tolèrent » cet emblème, un Kabyle fait son cinéma et se permet de le torpiller sous prétexte qu’il nous faut juste un seul et unique drapeau.

Karim Tabbou, qui à défaut d’une vision politique claire utilise Da Lhocine comme fonds de commerce, ignore que le petit pays où résidait celui qu’il a éjecté du poste de premier secrétaire en 2011, possède 23 drapeaux. Heureusement que le ridicule ne tue pas! Cependant, il fallait bien se racheter auprès des gens deBordj Bou Arreridj et envoyer un signal fort au vieux général, le vrai chef d’orchestre de cette « révolte du fabuleux peuple algérien ». D’après plusieurs sites d’information, des émissaires de Reb El Zair auraient rencontré Tabbou pour lui proposer de jouer un rôle dans la deuxième république. Jugeant son comportement hystérique, on peut aisément constater que Tabbou est prêt à se rouler dans la merde pour se propulser au-devant de la scène de cette nébuleuse révolte.

La recette magique, taper sur du kabyle comme gage de soumission. Le message était spécialement destiné pour un certain auditoire, que le fils d’At Bouadou a tenu à le redire en arabe dans une mise en scène digne d’un film indou. Par ailleurs, Tabbou peut bien remercier la personne qui lui a offert cette occasion inespérée. Excuses ou pas, le mal est fait. Un travail acharné de sensibilisation de plusieurs années de militants sincères sur le terrain, risque de partir en fumée en quelques secondes à cause d’une phrase malheureuse. Mais bon, quand on crée un vide autour de soi et on construit sur du sable, ce genre de dérapage est inévitable.

Revenons à Tabbou et sa gymnastique politique. Lors de son passage à l’émission Iminigen n Yid de Mourad Atmimou, l’excellent journaliste de Zaïr Tv, Karim Tabbou, a « tabousé » tous les sujets. Au journaliste qu’il lui demande sa position par rapport à la laïcité, Tabbou évoque vaguement l’État de droit! Quid de l’article deux de la constitution qui stipule que l’islam est religion de l’État? Pensant inconsciemment à la réaction des Arabes algériens, Karim Tabbou a esquivé la question. Même combine quand on lui demande son avis sur les autonomies régionales. Plus tard, plus tard, répondit-il, oubliant que le FFS avait proposé cette voie en 1978. Le seul programme de Karim Tabbou, sont des formules creuses, passe partout.

Karim Tabbou, pour ce qui l’avait oublié, a été tassé de son poste de premier secrétaire du FFS par Ait Ahmed en 2011 en raison de ses méthodes staliniennes. Des centaines de militants ont été victimes de ses purges à répétition. Plusieurs témoignages évoquent un homme colérique qui n’a pas hésité à utiliser la violence physique contre les militants de 1963 pour les empêcher d’accéder au siège du parti. Durant son règne son partage (2007-2011), le FFS s’est vidé de ses compétences et a connu une saignée irréversible. En froid avec Ait Ahmed, Karim Tabbou a conduit la liste FFS aux législatives de 2012 dans la wilaya d’Annaba! Haha, de Tizi-Wezzu bien sûr! Tabbou n’a pas participé à la compagne électorale, mais a attendu d’être élu sous la bannière FFS pour régler ses comptes avec le cabinet noir de son parti en l’accusant d’avoir accepté des sièges non gagnés à Constantine, à Bordj Bou Arreridj et à Tubirett. Quelle audace!

Toutefois, le vrai courage aurait été de quitter le parti AVANT les élections et de se présenter comme indépendant, au lieu de profiter du nom du FFS pour se faire élire. Mais l’appât du gain est grand : 35 millions par mois plus plusieurs privilèges durant cinq ans pour un rôle de figurant au parlement algérien. Au diable les électeurs de Tizi-Wezzu, Karim Tabbou a profité de son strapontin à l’APN pour se faire un nom au lieu de s’occuper des problèmes de ses électeurs comme l’aurait fait un député helvétique. De plus, se rendant compte qu’il ne jouera qu’un rôle du figurant, le révolutionnaire Tabbou, aurait dû démissionner comme son ancien camarade Mostapha Bouchachi. Encore une fois, les 35 millions par mois avant les principes politiques.

Rappelons enfin que Karim Tabbou, a passé sept longues années à l’université de Tizi-Wezzu pour obtenir une licence en économie. En dehors de son rôle de figurant à l’assemble algérienne en contrepartie de 35 millions par mois, on ne lui connait aucune expérience professionnelle ni publication. Vive l’élite de la deuxième république!

Linda At-Wali

2 COMMENTAIRES

  1. Azul,

    Tout d’abord félicitations Mme Linda At Wali pour la pertinence de vos
    articles. Je suis intéressé par l’idée de prolonger l’échange par mail :
    imxlaf.nabil@gmail.com.

    En attendant compte tenu des manifestations en cours qui n’ont pas de
    stratégie, compte tenu de la répétition de l’histoire visant à faire mener aux
    Kabyles le combat des autres et enfin compte tenu de l’arabisation et
    l’islamisation en cours en Kabylie plus qu’ailleurs, les militants berbères
    sincères n’ont rien à attendre du mouvement en cours dénué de direction.

    Enfin je crains que la bataille pour notre identité soit presque perdue et
    que comme le chantait Matoub Lounès lluhqed zhir ghef tudrin negh iluhqed zhir
    ghef idurar negh. Ayen i dir ad iaamej serr.

    Nabil IMXLAF.

  2. La Kabylie n’a jamais délégué personne pour choisir à sa place. Karim Tabou ou Ait Ahmed ou les généraux Kabyles cela ne changera rien à la donne. Les manifestations actuelles sont creuses n’ont aucun fond politique, sauf celles en kabylie qui sont dans la continuité historique.
    Ce qui se passe est clair, le régime s’est rendu compte de sa fallite alors il joue l’anticipation pour décomprimer la société qui risque l’implosion. La farce du 5 eme mandat était une tentative d’éloigner la date de péremption, ce qui risquerait d’augmenter l’incapacité de dompter la bete. Ces manifestations ont la marque DRS et portent ses diverses signatures et tabous. D’abord les pancartes écrites en arabes, l’armée amie, et pas programme d’après départ de bouteflika et sa clique- du reste les généraux ont 80 ans l’unique revolution est celle de la limite naturelle. Donc la nouvelle configuration du meme pouvoir change de de personnel et donne un coup de pinture pour miroiter un changement.
    FFS-RCD-Tabou-Saadi. Le régime militaire a eu toujours besoin de ces personnages et donc leur fonctionnalité est dans le fait qu’ils trompent la représentativité de la région. En placeant un Kabyle ou sigle insinuant l’appartenance à la région cela sous entend l’adhésion de la kabylie au projet societal arabislamique. L’unique innovation de langage politique regardant la Kabylie et son drapeaU est que l’Algérie est tolérante et donc accepte que l’on parle berbère: une truffe qui veut passer pour hamonisation. Alors que la société s’arabise en profondeur on nous offre en charité l’expression de cette arabisation identitaire en Thamazight. Nous disons non nous ne voulons ni l’arabe langue officielle ni d’islam source juridique ni de ligue arabe comme espace géopolitique. L’appartenance à une identité ne peut etre fruit de nécessité politique ni etre sa contrepartie, du tupe (arabisez-vous un peu et s’amazighise un peu-, la synthèse des peuples fait des mutants informes.
    Les manifestations donc servent l’imaginaire du petit peuple qui croit qu’il y aurait une composition diversifiée des courants du pouvoir, rien de vrai, ils partagent les cotas et les partis qui feignent les divergences de visions ne sont qu’un écrantage. Si le système est au bout du rouleau il faut faire semblant de changer tout en gardant la culture politique dont le levier est l’arabe comme langue et l’islam comme source éthique et juridique. Pas une seule pancarte ne fait référence aux droit des femmes réduits diviniement et une arabisation qui ne trouve aucune raison culturelle ni historique sauf celle de boumediene que dire de la laicité, j’ai été attaqué parce que j’ai parlé de la centralité de l’arabe et de cet islam, justement il faut faire exploser ces contradictions que le régime tend à couvrir pour feindre l’unité aloras que c’est l’assimilation/arabisation qui est en cours.
    Que Tabou s y rajoute aux potentiels arabiseurs c’est son droit. La Kabylie a le droit de choisir sa langue et us et coutumes et n’est aucunement obligée de s’arabiser pour etre chez elle ou pour etre percue égale. Le choix fondamental est déjà fait , il suffit de voire les accords petroliers signés durant cette phase, signifie que l’Algérie utile est toujours entre les mains de la junte au plus c’est le changement de figurants qui est en jeu, Tabou vendrait sa Kabylité contre notoriété? Il n’est ni le premier ni le dernier, Tariq ben ziad a fait plus,

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici