Karim Tabou au café littéraire de Chemini : « Le pays est géré à vau-l’eau »

3
Karim Tabou
Karim Tabou

CHEMINI (Tamurt) – Le Président du parti non agrée, union démocratique et sociale (UDS), Karim Tabou était l’invité du café littéraire de Chemini le vendredi 1 juin. Prévue initialement à la maison des jeunes de Chemini, la conférence a dû être délocalisée à la salle de délibération sise au siège de l’APC éponyme faute de non-autorisation. Cependant, l’abnégation du premier magistrat de la commune, Madjid Ouddak, et des membres du café littéraire, ces derniers ont tenu vaille que vaille à ce que l’hôte de Chemini anime sa conférence. L’ex-secrétaire général du FFS a abordé la conférence sous la thématique « L’état des libertés et des droits dans le monde et les questions d’actualité ».

Très au fait de l’actualité, Tabbou a mis le doigt sur une douleur lancinante, à savoir l’absence de toute vision du pouvoir d’Alger, « Un gouvernement qui navigue à vue ». « Le nouveau mot d’ordre chez nos responsables est, semble-t-il, de ne pas faire de changement quitte à maintenir un Président sur un fauteuil roulant », dira le conférencier. Sur le plan économique, il déplore une absence de vision. “La mainmise du pouvoir politique sur la gestion de l’économie a généré des comportements rentiers et a rendu vulnérable le pays tout entier.”

Et de décliner les différentes faiblesses : dépendance des hydrocarbures, absence d’un tissu industriel, corruption généralisée, développement de comportements clientélistes, incohérence du modèle de développement économique, instabilité juridique, etc. Il n’occultera pas, également, le fait que des hommes politiques frayent aujourd’hui avec le milieu des affaires. Quant au chapitre des libertés et des droits, le constat est sans appel. Emprisonnent des journalistes, opposants politiques, blogueurs…Tous les moyens sont bons pour étouffer les libertés d’expression.

Amnay