Kidnapping de Gada Amar, les habitants d’At Zmenzer en colère après l’enlèvement d’un des leurs

1

AT ZELLAL (Tamurt) – La colère des habitants d’Ath-Zemzer est traduite pour le moment par l’observation d’une grève commerciale. « L’option d’une caravane devant sillonner la région d’Ath-Zemzer et ses environs, particulièrement la zone soupçonnée d’être choisie par les ravisseurs pour y séquestrer leur victime, pourrait être retenue », nous confie un habitant d’Ath-Zemzer, très ému par cette action criminelle qui vient de frapper, encore une fois, sa région.

L’enlèvement de ce sexagénaire lundi dernier nous rappelle, encore une fois, que le crime et l’insécurité sont toujours omniprésents en Kabylie. Cela nous renseigne également que les organisations criminelles, notamment celles spécialisées dans le kidnapping, ont trouvé en Kabylie une terre favorable à leurs activités.
La facilité avec laquelle sont exécutées les opérations de kidnapping renseigne fort bien que non seulement les kidnappeurs sont des professionnels en la matière mais suggère aussi que ces organisations criminelles tissent et entretiennent des liens avec des appareils d’Etat. Il est impossible, sinon très rare, qu’un homme jouissant de toutes ses facultés mentales ose se lancer dans une aventure qui risque de lui coûter la vie ou même une condamnation d’une peine à perpétuité.
Le nombre de kidnappings commis depuis les dix dernières années, et ce rien que sur le territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou, suggère la thèse selon laquelle les kidnappeurs sont rassurés que personne ne livrera leur tête au bourreau ou passeront le restant de leur vie derrière les barreaux en cas ils se feraient épingler.
Si officiellement la peine de mort n’est pas abolie en Algérie, il n’en demeure pas moins qu’elle n’est pas appliquée depuis l’année 1993. Tout de même, ce ne n’est pas la non application de la peine de mort qui encourage le crime de cette nature.
Tout laisse à croire que le kidnapping laisse dégager des relents politiques. En effet, si les kidnappeurs n’ont d’autres motivations que l’argent, pourquoi alors n’opèrent-ils qu’en Kabylie ? Tout de même, il n’y a pas qu’en Kabylie qu’il existe des familles richissimes.
L’argument selon lequel la Kabylie a des terrains boisés et accidentés et, par conséquent, peut assurer des caches pour la victime et ses ravisseurs ne tient pas debout. On peut séquestrer un homme dans un appartement au cœur même de n’importe quelle ville. Or, il se trouve justement qu’en Kabylie qu’on commet ce genre de crime. Tout ceci suggère donc que ces enlèvements en Kabylie n’ont pas pour seule finalité le stricte élément financier.
Donc la solution à cette grave problématique est à rechercher dans un terrain autre que celui que l’on a soupçonné jusqu’à maintenant. Et pour cela, il faudrait que tous les kabyles, où ils sont et quel que soit le profit professionnel et social de chacun, conjuguent le même verbe et à l’unisson.

Addenda : Comment Amar Gada a été surpris par ses ravisseurs ?

Amar Gada, 67 ans et retraité, habite le village d’Akendjour. L’homme, encore solide et actif, a décidé d’entretenir son jardin potager situé à trois Km environ de son domicile. Chaque matin, il s’y rend d’un pas tranquille pour le travailler et cueillir des produits maraîchers comme la tomate, le piment, le concombre, l’aubergine et tant d’autres produits cultivables en été. C’est dans son jardin qu’il a été surpris au cours de cette matinée du lundi dernier par ses ravisseurs. Le nombre de ces criminels n’est pas encore connu. Selon nos sources, avant de l’emmener avec eux, les kidnappeurs ont laissé sur place un papier sur lequel était inscrit le numéro de téléphone auquel la famille de la victime devait appeler. Hormis ces indices, personne n’en sait rien. Autrement dit, personne ne sait la direction prise par les ravisseurs avec leur victime. Ce que l’on sait en revanche, c’est que la forêt d’Acharren, située entre Ath-Douala et Ath-Zemzer, n’est pas vraiment loin du lieu du kidnapping. Est-ce là que les ravisseurs ont emmener leur victime pour la garder en attendant le versement de la rançon ? A propos de la rançon, on ignore encore si elle a été demandée ni son montant dans la mesure où elle aurait demandée. Ce qui est certain, c’est que les habitants d’Ath-Zemzer veulent absolument qu’Amar Gada retrouve les siens saint et sauf. Affaire à suivre.