La classe politique algérienne sombre dans le dénigrement

1

ALGERIE (Tamurt) – La violence verbale gagne du terrain au sein de la classe politique algérienne. Des chefs de partis et même des ministres versent dans l’insulte et le dénigrement. Après qu’une députée islamistes a ouvert la brèche avec une série d’insultes sur les réseaux sociaux contre les Kabyles, le patron du FLN, Ould Abbès,  n’a pas trouvé mieux que de qualifier Amara Benyounès de « Aghyoul », en plein conférence de presse.

Ce n’est pas une divergence politique qui mine ces deux hommes, mais ils se disputent la place la plus proche de Bouteflika. La guerre d’intérêts  au sein du régime fait rage. Le dénigrement dont excellent les hommes du régime  reflète largement le niveau politique des des algériens. l’nsulte est le seul champs sur lequel les hommes du régime peuvent évoluer.

L’Algérie n’est autre qu’une république bananière  au sens propre du terme.  Le seul domaine que les tenants du pouvoir maîtrise parfaitement est celui de la corruption et de la fraude électorale

Ravah Amokrane