La classe politique algérienne sombre dans le dénigrement

1

ALGERIE (Tamurt) – La violence verbale gagne du terrain au sein de la classe politique algérienne. Des chefs de partis et même des ministres versent dans l’insulte et le dénigrement. Après qu’une députée islamistes a ouvert la brèche avec une série d’insultes sur les réseaux sociaux contre les Kabyles, le patron du FLN, Ould Abbès,  n’a pas trouvé mieux que de qualifier Amara Benyounès de « Aghyoul », en plein conférence de presse.

Ce n’est pas une divergence politique qui mine ces deux hommes, mais ils se disputent la place la plus proche de Bouteflika. La guerre d’intérêts  au sein du régime fait rage. Le dénigrement dont excellent les hommes du régime  reflète largement le niveau politique des des algériens. l’nsulte est le seul champs sur lequel les hommes du régime peuvent évoluer.

L’Algérie n’est autre qu’une république bananière  au sens propre du terme.  Le seul domaine que les tenants du pouvoir maîtrise parfaitement est celui de la corruption et de la fraude électorale

Ravah Amokrane

1 COMMENTAIRE

  1. Une pseudo classe politique, « attirée irrésistiblement par la mangeoire », le pouvoir, l’argent facile, les trafics en tous genres, les passe-droits, les privilèges et les avantages, les villas, les appartements de luxe, les grosses 4/4, les concubines et les hôtels pleins de putes toutes jeunes et fraîches……

    Une pseudo classe politique : ni libre, ni autonome, ni indépendante, sans poids réel, tous les partis sont foutus, l’opposition est neutralisée, complètement mise en lambeaux, vassalisée et domestiquée par l’es criminels et manipulateurs de la SM-DRS….. Les dits dirigeants sont dirigés par ladite Police politique secrète = Gestapo des Généraux = organisation criminelle et mafieuse = le Pouvoir réel…

    Ces pseudos dirigeants et faux-opposants sont instrumentalisés par les Généraux comme porte-flingues, chiens de garde, propagandistes, plumitifs, commandos médiatiques, chargés de mission …. Leurs partis sont des officines et succursales de la sinistre SM-DRS, laquelle Police occulte ne se contente pas d’infiltrer et noyauter, elle place ses hommes (indicateurs et informateurs) à la tête de ces partis, à la direction, pour diriger et orienter le mouvement dans le sens fixé et voulu par les Généraux décideurs. La majeure partie des dirigeants (hum!) du RCD, du PSD, du FFD, du PRA, du MPA/UDR, du PAGS, du MDS, du FFS actuel, etc. sont affiliés à la SM DRS. Flash back : 17 sur 52 membres de la direction du FIS étaient des agents de la SM, des agents qui ont poussé ce parti islamiste vers la violence, cette violence qui est le le terrain de prédilection et le choix favori et préféré du Pouvoir militaire (1962/2018)….. Il faut rappeler que les Groupes terroristes islamistes (GIA, GSPC, AQMI) ont été créés et manipulés par cette terrible Police secrète , et les dits Chefs terroristes (Zitouni, El Para, Layada, Hamadèche, etc) étaient des agents de provocation et de crime au service du Régime dictatorial militaire ….

    Nous sommes toujours et encore dans le « façonnage artificiel du champ politique et médiatique  » = « Poker-menteur » inauguré par la fameuse « ouvreture contrôlée » de 1988/89 . Le RCD était instigué (Février 1989), avant même la promulgation (Mars 1989) de la Charte pluraliste qui allait autoriser le multipartisme. Les Maîtres de la SM le considéraient comme leur « carte maîtresse », leur « valet d’atout », leur «  poste avancé » et digue de protection en Kabylie….

    Et la Dictature militaro-mafieuse continue !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici