La conférence de Hiba Tayda non-autorisée : Le pouvoir interdit la culture à Bouzeguene

5
Hiba Tayda
Hiba Tayda

KABYLIE (Tamurt) – Le pouvoir algérien, qui ne sait plus sur quel pied danser, ne cesse de surprendre avec des attitudes dignes des grandes dictatures. Ainsi, alors que l’on croyait que la page était définitivement tournée, une fois de plus, une conférence littéraire que devait animer la romancière Hiba Tayda au chef-lieu de la commune de Bouzeguene dans la wilaya de Tizi Ouzou, a été interdite par le chef de daira, qui a sans doute reçu des ordres dans ce sens.

Mais la population de la commune a bravé cette interdiction et décidé de tenir la conférence quoi qu’il en soit. Le public a alors ouvert le portail d’accès du centre culturel où toute les chaises avaient été enlevées la veille par on ne sait qui. Malgré ce manque de commodités, la conférence s’est bel et bien tenue. Dans une déclaration rendue publique juste après, le collectif du café littéraire de Bouzeguene est revenu sur la genèse de cette affaire, car c’en est une. « La conférence du samedi 7 avril 2018 a eu lieu au centre culturel Ferrat Ramdane de Bouzeguene, animée par une jeune écrivaine courageuse, pleine d’audace, d’ardeur malgré son interdiction par le chef de daira de Bouzeguene et le DRAG de Tizi-ouzou. Le pourrissement de l’état est voulu par ces bureaucrates du Goulag.

Le portail a été fermé à clé sur ordre du maire de Bouzeguene. Ces élus du peuple ont carrément séché la conférence, le ridicule ne tue pas, ils ont enlevé les chaises et sont aux abonnés absents. Le maire a au début donné l’avis favorable mais lorsque le chef de daira de Bouzeguene a interdit la conférence, il se rétracte. Finalement, ce maire a choisi son camp, celui de la discorde, de l’inertie, de la division et de la stagnation », souligne le collectif du café littéraire de Bouzeguene. Et d’ajouter : « Nous accusons d’abord le maire de Bouzeguene, soi-disant dans l’opposition qui est finalement un mutant, un avatar du pouvoir Algérien. Le maire de Bouzeguene est de connivence avec le chef de daira de Bouzeguene. C’est un peureux et les responsables de la mairie de Bouzeguene sont des trouillards et opportunistes, et sont complices de l’ornière que vit notre région.

Depuis la conférence que Larbi Yahioun a animé sans autorisation, le maire de Bouzeguene se réclamant élu du peuple mais qui est un vassal du pouvoir algérien suit et applique leurs instructions avec un dévouement aveugle ».  Dans la même déclaration, il est précisé que la tenue de cette conférence a eu lieu grâce à la mobilisation et la présence des amis du café littéraire, des gens humbles et sérieux. « Nous tenons à remercier leur gratitude, leur confiance. Toutes les conférences à venir de chaque Samedi auront lieu au centre culturel Ferrat Ramdane de Bouzeguene. Belle leçon de bravoure, d’humanisme, nous sommes contre le mépris et le déni culturel, l’autoritarisme et l’hégémonie culturel et de l’imaginaire, Vivement le café littéraire de Bouzeguene. », conclut-on.

Tahar Khellaf