La course aux bras d’honneur ouverte en France? Gilbert Collard soutient Gérard Longuet

2

Invité de la chaîne LCI jeudi 1er novembre, Collard a apporté son soutien à Gérard Longuet et s’est offusqué des demandes de repentance formulées par les Algériens.

Face au journaliste qui l’interrogeait sur l’image de l’ancien ministre de la Défense faisant un bras d’honneur, l’avocat proche de Marine Le Pen a répondu: « J’en pense ça, voilà…», en faisant le même geste que Gérard Longuet.

Collard en a marre

« Il a bien fait, il a enfin un peu d’honneur au bout du bras, a affirmé l’avocat réputé pour son parler cru. Moi j’ajoute mon bras à celui de Monsieur Longuet et puis passons à des choses sérieuses. Ensuite, il a bien fait de le faire et j’espère que ce bras d’honneur a été tellement amplifié par les médias que ceux qui nous demandent de nous repentir l’ont reçu en pleine figure. »
Mardi 30 octobre, Gérard Longuet, sénateur de la Meuse (Lorraine) et ex-ministre de la Défense sous le gouvernement de François Fillon, a adressé un bras d’honneur pendant le générique d’une émission de télévision.

• Lire →[Reconnaissance des crimes coloniaux, sénateur Longuet fait un bras d’honneur aux Algériens (vidéo)
->http://www.dna-algerie.com/medias/reconnaissance-des-crimes-coloniaux-longuet-fait-un-bras-d-honneur-aux-algeriens-2]

Le sénateur réagissait à une question sur la déclaration du ministre algérien des Moudjahidine qui réclamait de la France « une reconnaissance franche des crimes perpétrés à leur encontre par le colonialisme français ».
Plus tard, Gérard Longuet affirmera qu’il ne renie en rien son geste.

Pro-Algérie-Française

Gérard Longuet, 66 ans, qui a milité au sein d’Occident – un groupe d’extrême droite, pro-Algérie française fondé en 194 et dissout en 1968 – n’a jamais caché ce passé sulfureux, rappelle le quotidien Le Monde.
« Pour des raisons personnelles, j’étais Algérie française et anticommuniste. (…) J’assume avoir été d’extrême droite. On s’est simplement trompés sur le modèle colonial, qui ne pouvait perdurer », précisait-il aussi à ce journal, en 2005.

Ces réactions peu élégantes de deux élus font suite à des prises de position franchement hostiles des responsables de la droite et de l’extrême droite qui n’apprécient guère que le président François Hollande ait reconnu au nom de la France la sanglante répression des manifestations du 17 octobre 1961 à Paris et qui ont fait plusieurs victimes parmi les Algériens.

• Lire → L[a France reconnaît la répression «sanglante» du 17 octobre 1961 contre les Algériens à Paris->http://www.dna-algerie.com/politique/francois-hollande-reconnait-la-repression-sanglante-d-octobre-1961-contre-les-algeriens-2]

François Fillon qui brigue la présidence de l’UMP s’est montré très énervé. « J’en ai assez que tous les 15 jours la France se découvre une nouvelle responsabilité, mette en avant sa culpabilité permanente », a-t-il dit le lendemain de cette reconnaissance.

Bobard

La présidente du Front national, Marine Le Pen ? Elle a qualifié de « bobard » le massacre 17 octobre 1961 et jugé « terrible » que le chef de l’Etat « s’abaisse à cela » et « contribue à un processus qui consiste à salir la France en toutes circonstances. »

Le geste pour le moins déplacé du sénateur Longuet n’a pas pour l’heure suscité de réactions officielles en Algérie.
On se demande qui sera le prochain à brandir son bras d’honneur…

Sihem Balhi