La décadence du RCD

15
La décadence du RCD
Mohcine Belabes

Le 3 octobre 2015, le RCD a appelé à une marche populaire à Tizi-Ouzou sous les slogans suivants: -Non à l’annulation des projets structurants dans la wilaya – Non à la violence meurtrière des corps constitués – Pour l’officialisation de tamaziγt – Pour la libération de Nasreddine Hadjadj et ses codétenus.

La marche a drainé une participation massive et variée. J’ai participé avec cœur et raison à cette marche et je peux témoigner que j’y ai vu plusieurs dizaines de militants du MAK connus prendre part à cette manifestation. Le 10 mars 2016, le président du même RCD s’est fait inviter par une chaine de télé arabe où il déclare : « Je ne pense pas qu’il existe vraiment un problème au niveau des régions de la Kabylie au point de vouloir ou de revendiquer un problème d’autodétermination. Il est impossible pour un mouvement extrémiste de s’implanter dans une région comme la Kabylie ». Précisons que le mouvement que Mohsine Bellabès qualifie d’extrémiste est le MAK.

Question : quelle est donc l’embellie miraculeuse qui a touché la Kabylie en l’espace de 5 mois qui a permis à Mohsine Bélabas de tenir de tels propos ?

Mohsine Belabbas ne sait évidemment pas ce qui se passe en Kabylie. Il n’a d’ailleurs même pas participé à la marche de son parti, préférant hiberner à El Biar pour se forger une posture de chef d’un parti « national » qui refuse le régionalisme. Mais à la marche de Tizi-Ouzou, curieusement, personne n’a remarqué son absence. Mais on va lui dire ce qui est advenu en Kabylie durant ce laps de temps.

Entretemps M. Bélabbas, la misère a accru, les projets entamés sont en berne, aucune nouvelle inscription en vue, l’eau est rationnée, les quelques chantiers d’alimentation en gaz de villages sont suspendus, au moindre enneigement des régions entières sont isolées durant plusieurs jours. Entretemps, M. Bélabbas, le vendredi 26 février, jour du congrès du MAK à At Zellal, des escouades de policiers et de gendarmes en uniformes et en civil ont organisé un quadrillage de la Kabylie digne du plan Challe. Des barrages partout où chaque véhicule est arrêté sans égard pour les familles en voyage, sans égard pour les voyageurs ordinaires qui ont pris des bus, sans égard pour les vieillards. Rafles d’où on a extirpé tous les jeunes sans distinction pour les séquestrer durant toute la journée pour prétendument les empêcher de rejoindre le congrès du MAK et aucune concession n’a été faite même pour ceux qui ont prouvé qu’ils ne s’y rendaient pas.

Voilà en gros ce qui s’est passé entre la marche de protestation du RCD d’octobre 2015 et ce jour de votre honteuse offre de service où vous avez clairement désigné à la vindicte les militants du MAK, qui, pour la grande majorité d’entre eux, a fait ses armes au sein du RCD que vous avez dépouillé de toute substance et transformé en faire-valoir pour des besoins électoralistes. Rétrospectivement, on comprend pourquoi vous avez décidé d’éjecter sans ambages Nordine Aït Hamouda, un membre fondateur de votre parti. Vous l’avez fait parce qu’il était la hantise de votre mauvaise conscience, lui qui avait coutume de dire : ur ḥemleγ gma, ur ḥemleγ win t-ikkaten. Lui qui a défendu Hocine Aït Ahmed et Ferhat Mehenni. Maintenant c’est clair, tous les Kabyles l’ont compris.

-Bélabbas, vous avez décrété sur le plateau d’une chaine Tv arabe étrangère que le MAK est un parti extrémiste. Tout le monde sait que c’est un mensonge que vous assumez pour justifier votre délation.

-Bélabbas, vous siégez dans une coalition où le chef d’un parti islamiste, Abdallah Djaballah, a ouvertement et fièrement déclaré son rejet de l’officialisation de tamazight. Pour vous donc la position de Djaballah n’est pas extrémiste, c’est une opinion respectable qui ne vous empêche pas de palabrer avec lui autour d’un thé.

Ce qui intéresse maintenant le peuple kabyle en particulier, c’est de savoir si votre offre de service et votre honteuse délation sont des positions personnelles ou celles du parti. On attend la réaction du Conseil national du RCD par rapport à cette forfaiture.

Les familles et les proches de Rachid Tigziri, Rabah Chabane, Mohamed Méziane, Mohand Aouchéta, Rabah Stambouli, Mohamed Salhi et le Dr Benyahia attendent aussi de savoir.

Bougie, Mohand-Arezki Loubna