La demande des députés du FFS rejetée : Le pouvoir refuse de reconnaître les martyrs Kabyles de 1963

7

ALGÉRIE (Tamurt) – Les 500 martyrs du soulèvement armé de 1963, sous la houlette de Hocine Aït Ahmed, qui ont barrage au clan d’Oujda qui a marché sur des cadavres pour prendre le pouvoir, ne seront jamais reconnus pas les décideurs. Le pouvoir algérien vient de signifier un énième refus aux députés du Front des Forces Socialistes (FFS) qui réclament la réhabilitation des martyrs.

Leur demande n’a même pas été examinée. Aucun motif ne leur a été donné sur ce refus catégorique. Un refus sec pour les députés du FFS qui ont pourtant pris la décision de ne plus critiquer le régime.

C’est le premier secrétaire du ce parti, Ahmed Betatache qui a confirmé cette information hier, lors d’une conférence de presse tenue au siège du parti à Alger. « Le président du parlement a refusé de réhabiliter les martyrs de 1963, de reconnaître Tamazight et il a refusé aussi d’ouvrir une enquête parlementaire sur les évènements de Ghardaïa », a laissé entendre Ahmed Betatache.

La mort dans l’âme, le premier secrétaire du FFS a laissé entendre que son parti n’abdiquera pas et continuera son combat jusqu’à la reconnaissance des victimes de 1963 comme martyrs de la démocratie. Les espoirs des anciens combattants de 1963 et des familles des 500 martyrs s’envolent définitivement. Pourtant le premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait même déclaré que les martyrs seront pris en charge officiellement. Encore une autre preuve que ce monsieur n’a aucun pouvoir de décision.

D’après un militant du FFS, c’est le DRS qui a posé son veto et refusé de reconnaître les martyrs Kabyles. Ces derniers sont aux yeux du régime considérés pire que des terroristes. Les terroristes, ceux du GIA, AIS, SM et DRS, Islamistes criminels, sont eux reconnus par le pouvoir comme de vrais martyrs et jouissent de tous les privilèges. Ils ont un statut supérieur à celui des martyrs de la guerre de libération nationale ! C’est une réalité.

Pour les martyrs Kabyles de 1963 et les autres combattants et victimes qui sont encore en vie, seul un Etat Kabyle pourra les reconnaître à leur juste valeur à l’avenir.

Saïd F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici