La justice suisse accuse de nouveau Khaled Nezzar de crime de guerre

0
Khaled Nezzar

SUISSE (Tamurt) – Les déboires de l’ancien général Khaled Nezzar avec la justice suisse sont loin de connaître leur épilogue. Selon la presse de ce petit pays européen, Le Tribunal Pénal Fédéral (TPF) a décidé d’annuler « une ordonnance de classement du Ministère Public et de la Confédération (MPC) ». En d’autres termes, l’instruction contre Kahled Nezzar sera reprise. Le général est accusé pour sa responsabilité « dans les crimes massifs commis sous ses ordres durant les années 1990 ». Ceci en reconnaissance du Tribunal Pénal Fédéral d’un conflit armée qui existait en 1990 alors que le général Khaled Nezzar était aux commandes de l’ANP. Selon toujours la presse helvétique, Khaled Nezzar risque gros.

La justice suisse « considère que les crimes commis l’ont bien été dans le cadre d’un conflit armé non international en Algérie entre janvier 1992 et 1994, et que l’ancien ministre pourrait donc faire face à des accusations de crimes de guerre, voir de même de crimes contre l’humanité ». Il est reproché à l’armée algérienne de l’époque sous la responsabilité de ministre de la défense Khaled Nezzar avoir commis des exactions extrajudiciaires, disparitions forcées et actes de tortures, etc. Des détails d’actes de tortures ont été aussi mentionné dans un documents de plus de 50 pages. Citons, entres autres, coups de bâtons, de fils de fer, de ceintures, d’arrachage des ongles, brûlures de cigarettes….des actes qui peuvent constituer des crimes de guerre selon le Le Tribunal Pénal Fédéral (TPF).

Cinq ans après le début des poursuites judiciaires contre Khaled Nezzar en Suisse, cette décision de TP est saluée par Me Damien Chervaz, un des avocats des plaignants. Ce dernier déclare que  » c’est un immense soulagement pour les victimes qui voient enfin leurs souffrances reconnues ».

Ravah Amokrane