La Kabylie est décidée d’en découdre avec les élections algériennes

5

KABYLIE (Tamurt) – Hier, à Bouira, le premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a été conspué, traité de voleur, de tricheur avant d’être chassé par une foule de jeunes qui avait fait irruption dans une salle où il tenait un meeting. Dix minutes après le début de son intervention, Ahmed Ouyahia, était obligé de quitter la salle dans la précipitions, car l’assistance n’arrêtait pas de scander « dégagez » !

A la maison de culture, Mouloud Mammeri, de Tizi-Ouzou, Louis Hanoune, chef du Parti des travailleurs, proche du président Bouteflika, a été contrainte d’interrompre son intervention quelques minutes après sa prise de parole. Elle a été sifflé et chahutée par le public tout en scandant : «La Kabylie n’est pas à vendre », « Ulac L’Vot Ulac », « Louisa Hanoune « on veut des Sardines » : allusion faite au nombre de chalutiers qu’elle possède et qui demande à la re-nationalisation des entreprises !».

Il a fallait l’intervention des forces de sécurité (Police et Renseignements Généraux) pour calmer la foule pour un petit instant. Dès qu’elle a repris la parole, la foule surexcitée avait recommencé à scander : « Louisa Hanoune Barra » « DRS Barra » « Ulac Ulac Ulac L’Vot Ulac ».

C’est dans la précipitation que les organisateurs étaient obligés de sortir la patronne du parti des travailleurs qui était visiblement prise d’un malaise soudain.

Rappelons qu’à son arrivée des jeunes chargées de l’accueillir lui ont offert un drapeau amazigh qu’elle a refusé de recevoir. Elle plutôt préféré se lancer dans la critique des Kabyles qui ont marché pour la célébration du printemps amazigh, en disant que des militants de son parti ont été victime de racisme durant la marche du 20 avril à Tizi-Ouzou.

Un temoin dira : « Louisa Hanoune est à son 4e mandat à l’assemblée populaire algérienne (APN). Elle est un des piliers du pouvoir raciste algérien. Elle vient ici, en Kabylie avec le véhicule ‘‘WV, Passat’’ de l’APN pour nous insulter. La leçon était à la hauteur de son arrogance.

Samedi, un autre meeting du Front des Forces Socialistes, a été annulé dans la même ville.

A Béjaia (Bougie), le FFS a subit un autre échec plus cuissant, celui-la ; Arezqi Derguini, tête de liste du parti de Hocine Ait Ahmed, a été empêché, dans sa propre commune, Souk El Tenine, par une foule composée aussi de militant de son propre parti de tenir un meeting. Il faut rappeler que beaucoup de militants du FFS tentent vainement de faire l’économie d’une participation électorale qui s’annonce funeste pour la Kabylie et ses aspirations de liberté.

Rappellons aussi à nos lecteurs que l’actuel tête de liste du FFS à Bougie, Arezki Derguini, était [tête de liste à Setif du Front islamique du Salut (FIS) de Abassi Madani et d’Ali Belhadj->http://www.ffs-dz.net/?p=729], lors des elections municipale en 1991.

A Azzefoun, des témoins rapportent que deux voitures sorties pour une compagne de proximité pour le compte du MPA on été prises en chasse par un convoi de véhicule où des boycotteurs agitaient des faux billets pour rappeler la sulfureuse réputation de corruption d’Amara Ben Younes. Elles ont aussitôt quitté la région.

Devant le refus de la Kabylie des elections algériennes pour ne pas sombrer dans les memes erreurs commises par le passé et sa détérmination à ne participer qu’au vote relatif à l’autodermination du peuple kabyle, le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem a, lors de son meeting à Mascara, lancé cet appel: «J’appelle les jeunes de se dresser en obstacle contre les usagers de facebook qui incitent au soulèvement populaire ». Et d’ajouter : « En cas de forte abstention, l’occasion sera donnée à nos ennemis qui œuvrent par tous les moyens à déstabiliser notre Algérie » .