La majorité des écoles dépourvues d’eau : Le danger du choléra plane sur les élèves à Tizi Ouzou

0
école primaire
école primaire

TIZI OUZOU (Tamurt) – Hier, la rentrée scolaire a eu lieu en Algérie dans un climat de grande inquiétude et de suspicion à cause des risques incontestables qui planent sur des millions d’enfants et d’adolescents scolarisés. En effet, malgré que théoriquement, « toutes les mesures ont été prises » pour prémunir les enfants d’éventuelles contaminations par le virus du choléra, il n’en demeure pas moins que la réalité sur le terrain est tout autre. En effet, dans la wilaya de Tizi Ouzou, le problème de l’indisponibilité de l’eau potable se pose sérieusement.

Et de ce fait, la majorité des établissements scolaires sont confrontés à ce problème qui engendre systématiquement un autre : l’absence totale d’hygiène dans les écoles : aussi bien à l’intérieur des sanitaires, dans les cantines que dans les salles de classe. Il est donc impossible de mettre en pratique les instructions données par le ministère de l’Education nationale et celui de la santé, notamment la directive liée au nettoyage régulier des toilettes des établissements scolaire ainsi que l’instruction inhérente au lavage obligatoire des mains avant de prendre le repas de midi dans les cantines.

Quelques contacts dans différents établissements scolaires de la wilaya de Tizi Ouzou nous ont informé, d’ailleurs,  hier que l’eau ne coulaient pas des robinets. Les robinets étaient ainsi à sec, comme d’habitude d’ailleurs, dans la majorité des écoles situées dans les villages et les communes de l’intérieur notamment dans les régions de Tigzirt, Azeffoun, Iflissen, Maâtkas, Ait Yahia Moussa, Tizi Ghenif, Drâa El Mizan et la liste est longue.

Il est donc vident que la scolarité des élèves aura lieu dans un climat d’inquiétude permanent comme l’ont d’ailleurs exprimé pas mal de parents d’élèves hier, mercredi. Pour rappel, ce n’est qu’hier que l’origine de la déclaration du choléra en Algérie a pu enfin être déterminée par les experts du ministère de la santé. Il s’agit d’une rivière connue sous le nom de : Oued Béni Azza, une rivière qui traverse toute la wilaya de Blida pour finir à la plage des « Sablettes » dans la wilaya d’Alger.

Tahar Khellaf