La mauvaise foi de TSA

0
La mauvaise foi de TSA
La mauvaise foi de TSA

ALGERIE (Tamurt) – Dans un article pompeux, le site algérien d’information continue TSA s’en est pris avec des termes graves à l’écrivain Boualem Sansal. L’auteur de l’article, M. Babouche, accuse l’écrivain de dénigrer le peuple algérien « dans un désir farouche de plaire à la France ».

Selon TSA « on est en droit de s’interroger pour savoir quelle méthode l’écrivain a utilisé pour quantifier de beaucoup le nombre d’Algériens ayant applaudi les responsables des attentats à Paris.
Pour réfuter ce constat, il avance des chiffres tout aussi aléatoires que ses connaissances de la langue française. La langue qui de surcroit lui permet de se ravitailler en pommes de terre même si elles dépassent les 100 dinars le kilo.

Toujours selon TSA : « Contrairement à ce qu’avance M. Sansal, il n’y a pas eu d’Algériens qui ont célébré dans les rues, les frères Kouachi et Coulibaly. Ou s’il y en a eu, leur nombre se compte peut-être avec les doigts des mains ». En bon français dans le texte pour réduire le nombre on dit « …qu’on peut les compter sur les doigts d’une main, ou pour faire plus concis on rajoute estropiée à la main. Cherchez l’erreur.

Mathématiquement parlant, s’il compte ce nombre sur les doigts des mains de Abdelfettah Hamadache, ça fera dix. Et avec dix personnes sortant d’une mosquée à Belouizdad, ça fait déjà une foule vu la ferveur des islamistes. Le pire aura de l’avenir dans le cas de Kamel Daoud.

Si par contre il compte sur les doigts des mains d’Ali Belhadj, adossé à une colonne de la mosquée de Bab El Oued. Ajouté à cela les doigts des mains de ceux qui sont à sa droite, à gauche et en face vous aurez déjà de quoi repeupler les maquis des GIA.
Ou peut être il a emprunté les mains de Madani Mezrag pour régler ses comptes. Avec les 1 500 djihadistes qui ont fait bronzette à Djijel lors de la madersa d’été en rêvant d’un Etat islamique en Algérie, ça fera exactement 15 010, en comptant ceux du saigneur Mezrag.

Assez d’éclaboussures avec ces sinistres personnages aux mains pleines de sang. Pas parce que, comme il écrit « Indifférents car l’horreur de la décennie noire chez eux (Algérie) les a rendus naturellement placides face à l’horreur d’aujourd’hui en France. Mais parce que nos convictions restent les mêmes, malgré les millions distribués aux repentis de la décennie noire nous restons convaincus qu’un crime reste un crime et que l’islamisme est criminel. Nous restons malgré les sirènes du Bouteflikisme et les danseuses du ventre, des humains qui s’indignent du crime et encore plus de ceux qui l’applaudissent.

Nous restons indignés des écrits de M Babouche et de son patron, pur produit du système. Entre nous on sait qu’il est missionné par ses chefs pour jeter de la poudre aux yeux aux personnes qui ont consulté cet article de Tamurt.info « Des Algérois fêtent l’attentat contre le siège de Charlie Hebdo » lu par plus d’un demi-million d’internautes, ce qui représente le dixième du nombre global des consultations sur d’autres site qui l’ont repris.

Selon TSA : « La démarche intellectuelle (de Boualem Sansal) ne semble guère glorieuse ». Voilà l’église qui se moque de la charité ;M. Sansal n’a guère besoin d’avocat, son œuvre et sa notoriété mondiale n’est plus à faire.
M Babouche et à celui qui est derrière vous, vous avez voulu faire plaisir aux corrompus tout en recherchant votre moment de gloire, vous avez la cupidité des lâches et la cupidité des vaincus. Alors de grâce…

Par Zahir Boukhelifa