La voiture d’un journaliste volée et ses comptes Internet piratés

0

A Tizi-wezzu, des journalistes font encore face à des menaces et à des pressions par des énergumènes sans foi ni loi qui n’hésitent pas à s’attaquer aux biens des gens des médias.
Vraisemblablement, un moyen de pression qui vise à faire taire les journalistes. Ces individus dont l’identité n’est pas encore connue semble agir en toute quiétude. Le cas d’un journaliste de Tigzirt qui vient de subir le vol de sa voiture. Quelques jours auparavant, c’est son compte facebook et sa boite E-mail qui ont été piratés. Dans communiqué publié sur le net, le journaliste écrit que « depuis le 13 septembre je suis entré dans une zones de déstabilisation qui vise ma personne et mon entreprise. Je pense que mon rôle et mes activités dérangent peut être certains milieux occulte. En l’espace de quatre jours, des malfaiteurs ont réussi à pirater ma boite e-mail et mon compte facebook et dans la nuit de vendredi aux environs de 3h du matin ils ont volé ma voiture ».

Selon le journaliste, « on ne va pas baisser les bras, le combat et les efforts se poursuivront, nous sommes déterminés. Que ces personnes sachent que nous sommes des montagnards durs et aguerris ». Une plainte est déposée auprès des services de sécurités de Tigzirt.

Ces pratiques sont courantes en kabylie. Des journalistes sont régulièrement malmenés et agressés dans l’exercice de leur fonction, quelquefois par ceux même qui sont sensés faire la loi. Et pourtant une association de correspondants et journalistes de Tizi-wezzu existe. Cependant celle-ci ne fait rien pour défendre le droit des journalistes. Elle limite ses activités à la célébration de la journée mondiale de la presse.

Mohand T.