L’agence ACTEL d’Aokas assiégée

0

Pour la énième fois, les habitants des villages d’Aliouène, Taremant, Akkar et Ait Aissa, relevant de la commune d’Aokas, sont descendus dans la rue pour demander, le branchement au réseau de la téléphonie fixe.

Pour la troisième fois, en l’espace d’une année et demie, ils ont fermé, en cette matinée du mercredi, le siège de l’agence ACTEL d’Aokas.
Ce n’est qu’à l’arrivée du directeur de wilaya des télécommunications qui avait pris contact avec eux que les protestataires ont consenti à laisser le personnel rejoindre le lieu de travail.

Il leur a promis de faire le nécessaire pour que tous les villages concernés soient pourvus en téléphone fixe avant la fin de l’année.

Ces derniers ont multiplié leurs actions de revendications depuis le mois d’avril 2012 et à ce jour rien n’a été fait alors qu’ils avaient eu une multitude promesses.
Une pétition signée, en avril 2012, par plusieurs demandeurs avait abouti à l’envoi par les services concernés d’une commission de choix de sites d’implantation des installations techniques.

Une année plus tard, rien n’avait été fait et les contestataires ont procédé, le 12 mai 2013, à la fermeture du siège de l’ACTEL d’Aokas.
Ce jour là, des promesses de branchement avant la fin de l’année ont été faites.
Le 25 du mois de décembre, ne voyant rien venir, ils procèdent, pour la deuxième fois, à la fermeture du siège de l’agence ACTEL.

De Bougie, Amaynut.info