L’Algérie espère des négociations avec le Maroc

104

ALGERIE (Tamurt) – Depuis 1973 que l’Algérie fait subir une grave injustice au Maroc on créant de toute pièce le Polisario, un mouvement paramilitaire afin de déstabiliser ce pays voisin et arabiser  cette partie du Maroc par le tyran Boumediene. Il fallait attendre 2015 pour voir l’Algérie faire machine arrière. Les décideurs algériens ont envoyé en pompier leur diplomate au Maroc,  Lakhdar Brahimi, pour proposer une réconciliation. Un fait inédit.

Même si la sollicitation algérienne n’est qu’officieuse, vu que Lakhdar Brahimi n’occupe aucun poste de responsabilité, mais tout le monde sait que ce dernier  ne pourra pas faire cette proposition de son propre gré et obéit toujours aux ordres des décideurs militaires algériens.  La raison de ce mea-culpa d’Alger est la conséquence directe de l’intervention, à deux reprises, du Maroc auprès de l’ONU pour défendre le droit des Kabyles à l’autodétermination.

En d’autres termes, Alger veut des négociations avec le Maroc, pas une réconciliation. Probablement les décideurs algériens cesseront de financer et de gérer le Polisario. Une éventualité que tout le monde attend. Les Algériens savent pertinemment que   le Soutien du Maroc au GPK entraînera la reconnaissance d’autres pays. D’ailleurs, le Sénégal, la Mauritanie et la Russie se penchent sérieusement sur le dossier kabyle.

Alger est dans l’embarras. L’envoi de Lakhdar Brahim au Maroc démontre à quel point ce pays est fragile sur la scène internationale. L’Algérie n’a aucun poids, contrairement au Maroc qui est un allié traditionnel des USA, Israël, la France et l’Espagne. Les Algériens oublient aussi que la détermination des 10 millions de Kabyles à arracher leur indépendance est énorme. Le GPK a derrière lui tout un peuple. Un peuple d’un courage exceptionnel qui a fait même plier la France en 1962.

Lounès B