L’Algérie s’endette en recourant au « reprofilage ».

8
Banque d'Algérie

ALGERIE (Tamurt) – Avec des paiements mensuels qui dépassent le double des recettes, l’Algérie est entrain de s’engouffrer dans une situation des plus alarmantes. En puisant des réserves de change pour faire la balance, le risque d’épuisement, à moyen terme, de ces réserves est certain. Pour éviter la banqueroute, les décideurs ont recouru à l’endettement extérieur mais sous une forme bien étudiée afin d’éviter que la population le sache. Il s’agit du « reprofilage » de la dette. 

Selon quelques indiscrétions, c’est la Chine qui a été sollicitée pour venir en aide à l’Algérie en contrepartie d’avantages dans l’attribution de projets et des terrains pour développer l’agriculture. Cette hypothèse tient la route à partir du moment où il a été décidé d’attribuer presque tous les projets importants, telles que les différentes  pénétrantes autoroutières, aux entreprises chinoises qui ont remplacé, au pied levé, faute de paiement de situations, des turcs et autres constructeurs étrangers. Le gouvernement chinois aurait, semble-t-il, donné son accord pour payer les entreprises de son pays tout en mettant cela sur l’ardoise algérienne. Mais qu’est-ce qui a pu bien forcer l’Algérie à recourir à l’endettement extérieur alors que les caisses étaient, il y a quelques années de cela, pleines à craquer ?

La mauvaise gestion bien sûr ! Un spécialiste l’a clairement dit. « L’Algérie depuis quelques années vit au-dessus de ses moyens, d’où un déficit budgétaire très important. Ce déficit est le fruit pour l’essentiel d’une baisse drastique de la fiscalité pétrolière et de l’insuffisance des autres revenus ». Oui effectivement, l’Algérie de Bouteflika  a vécu au dessus de ses moyens en achetant la paix sociale par la distribution des dividendes aux jeunes chômeurs qui se sont retrouvés, du jour au lendemain, patrons mais sans projet à réaliser. Où va l’Algérie ? avait déclaré feu Boudiaf et la question est plus que jamais d’actualité.

Amaynut

8 COMMENTAIRES

  1. La faillite est le résultat de la bonne gestion du pays. Ils vous diront encore qu’ils ont le meilleur président, le meilleur premier ministre, les meilleurs ministres, qu’ils sont tous meilleurs mais c’est la faute aux algériens qui ne veulent pas travailler. Puisqu’ils sont au-dessus de la loi, leur loi, ils peuvent dire ce qu’ils veulent, faire ce qu’ils veulent. Et puisqu’il n’y a pas de peuple uni, pas de vision commune, ils ont le champ libre.

  2. Durant la manne pétrolière de la dernière décennie, les hommes et les femmes du pouvoir dévastateur se vantaient de grandes réalisations lorsqu’ils gaspillaient l’argent du peuple venant d’un don de la nature, et maintenant qu’il reste plus rien à gaspiller, de quoi vont-ils encore être fiers? Continuez vos réalisations, vous êtes forts et très compétents, vous avez réussi à dépenser en un an, ce que le pays a gagné en 10 ans

  3. L’incompétence génère l’anarchie. Franchement vous vous attendiez à quoi avec Bouteflika?
    L’urgence actuellement est de jeter Bouteflika dans la poubelle de l’histoire.

  4. Ce reprofilage de la dette de l’algérie arabo-islamique n’intéresse pas la Kabylie. Nous savons que la Kabylie a été toujours écrasée par le pouvoir algéro-arabo-islamique qui n’a rien fait pour la Kabylie sur le plan économique et autres et ce depuis 1962, il n’a fait que verser le sang des Kabyles pour lancer sa police et son armée contre les Kabyles, voilà ce que fait l’algérie arabo-islamique contre les Kabyles, nous matraquer, nous mettre en prison et nous assassiner ni plus ni moins. Tous les projets d’infrastructures économiques ont été édifiés dans les villes arabes, ceci est vérifiable sur le terrain. Donc ce pouvoir colonial a de l’argent ou manque d’argent ou fait du reprofilage de sa dette cela n’intéresse pas la Kabylie. Ce qui importe pour la Kabylie c’est son indépendance.

  5. ils parlent d´une économie comme si nous avons une économie adhérante au normale internationale et une bourse activante ! une certaine liberté économique pour une nation otage d´idéologie traitrice et arabo-baathiste islamiste avec une monnaie indigène une loi fiscale sous une barre d´un smig de 120€ .

  6. Il ne faut pas perdre de vu que beaucoup de responsables son Labiles et donc la problématique
    Est posée a l’ensemble des Algériens
    .

Comments are closed.