L’Algérie un asile psychiatrique à ciel ouvert

25

ALGER (Tamurt) Nicolas Sarkozy s’est rendu le 20 juillet en  Tunisie  pour une visite de 36 heures commencée lundi 20 juillet avec l’objectif d’appuyer « le combat pour la civilisation contre la barbarie » dans un pays frappé par deux sanglants attentats jihadistes.

Lors d’un point de presse, il a dit que la Tunisie est victime de sa position géographique entre l’Algérie et la Lybie. Puis il a parlé de l’Algérie en disant : « L’Algérie qu’en sera-t-il dans l’avenir de son développement de sa situation ? C’est un sujet qui me semble-t-il doit être traité dans l’union de la méditerranée ».

Ces phrases ont soulevé un tollé général dans toutes les rédactions Algériennes mais aussi dans la classe politique. Ces réactions épidermiques propres aux Algériens qui ont agit comme de l’huile sur le feux, sur les réseaux sociaux faisant ressortir toute la haine de la France des juifs et des chrétiens. Rappelons que cette haine est déjà cultivée depuis l’indépendance par le pouvoir, il suffit juste de la réactiver.

Nous ne citerons que quelques réactions:

Le journal en ligne TSA a qualifié ces propos de « de dérapage…de propos d’une extrême gravité qui constituent une provocation »

Pour l’UGTA le syndicat ouvrier officiel affilié au pouvoir il s’agit « d’une tentative d’ingérence dans les affaire de l’Algérie » 

L’ancien ministre de l’information Rahhabi rangé dans l’opposition a qualifié ces propos « d’inacceptables »

Sofiane Djilali du parti Jil Djadid considère aussi ces phrases comme une provocation.

Si Sarkozy avait mentit en disant que tout va bien en Algérie, que ce pays nage dans le bonheur et avance vers le progrès, il aura été incendié tout de même car on l’aura vite accusé de soutenir le pouvoir en place, mais malheur à lui d’avoir dit la vérité. Dans les deux cas les réactions sont les mêmes.

Tous les observateurs politiques s’accordent à dire que depuis l’ère de Bouteflika la gestion du pays est dominée par la rapine et le clientélisme, le vol, la prédation, la corruption se sont généralisés à tous les niveaux de l’état, le terrorisme islamiste est devenue une plaie chronique avec des phases aigues sous forme d’attaques spectaculaires.

L’intégrité territoriale est menacée plus que jamais avec la fulgurante avancée du MAK-GPK réclamant le droit à l’autodétermination de la Kabylie qui est opprimée depuis 1962.

Les massacres des Mozabites par les Chaanba avec le soutien actif des services de sécurité ne seront pas sans conséquence sur la scène internationale.

Rappelons que l’intervention de Sarkozy sur la Lybie en éliminant Kadhafi a été très courageuse et utile puisqu’elle a sauvé les habitants de Ben Ghazi d’un génocide imminent. Il a aidé les Libyens à constituer leur premier gouvernement démocratique qui a été saboté par les pays arabes comme l’Algérie par leur soutien aux islamistes radicaux au détriment des modérés et des Berbère.

Au lieu de remercier Sarkozy pour avoir défendu les Algériens maltraités par leurs dirigeants tortionnaires, ils se sont mis contre lui et ils ont soutenu leurs bourreaux composé par la famille Bouteflika et de ses larbins.

 Kader Dahdah