Larbaa Nath Irathen ; Le festival Montagne-Art bat son plein

0
Larbaa Naith Irathen

TIZI-OUZOU(Tamurt) – Le festival Montagne-art bat actuellement son plein au village Tawrirt Mokrane dans la région de Larbâa Nath Irathen où les moyens pour la réussite de cet événement culturel ont été mobilisés.

L’activité en question a été organisée par l’entreprise Emev, spécialisée dans l’organisation des cafés littéraires et des manifestations culturelles et scientifiques. Le thème choisi pour cette nouvelle édition est la montagne au cœur de l’économie. Et pour développer cette thématique en profondeur, plusieurs universitaires ont été conviés par l’entreprise Emev au village Tawrirt Mokrane. Selon les déclarations de M. Malik Amirouche, le responsable d’Emev, cette édition de Montagne-Art vise à regrouper les acteurs du monde de la culture et de l’économie, autour du thème choisi et de mettre au centre des préoccupations le potentiel socioéconomique et culturel de la montagne de Kabylie. En plus des nombreuses conférences programmées, les participants à Montagne-Art ont été invités à prendre part à une randonnée pédestre au niveau du village Tawrirt Mokrane, plus particulièrement au lieu-dit Asif Nberekmouche. Le public a eu droit à des récitals poétiques, des chorales et à de la poésie clamée.

Hier, samedi, Montagne-Art a été consacrée à une journée d’étude sur le thème choisie pour cette année et elle a été animée par plusieurs universitaires à l’instar d’Idir Ahmed Zaid qui a fait une intervention sur les ressources territoriales et voies potentielles de développement en Kabylie. Pour sa part, Yacine Si Ahmed a animé une conférence sur le tourisme solidaire, tourisme avec discernement tandis que «Regard sur les pratiques culturales et l’apport de l’agriculture sur l’environnement et l’économie» est le thème de l’intervention de l’agronome, Hacène Mellal. Pour leur part, Djamel Laoubi et Omar Kherdja devaient intervenir sur la manière et les possibilités à mettre en valeur, les potentialités que recèle la montagne et les plantes dans le quotidien de la famille kabyle d’autrefois.

Tahar Khellaf pourTamurt