Le 12 janvier, j’achète un livre en tamazight

13

(TAMURT) – Une amie auteure m’a récemment fait remarquer qu’il serait facile de dynamiser le marché du livre amazigh. On lit partout que la situation est précaire, que les éditeurs sont en faillite et que les auteurs ne vendent plus. Facile, me confie mon amie, on n’a qu’à acheter plus de livres!

Oh, si ce n’est que ça! Réglons le problème maintenant!
Donc, le 12 janvier, Amenzu n yennayer, je me déplace chez mon libraire préféré et j’achète un livre en tamazight. Si je ne trouve pas celui que je veux? Je le commande. S’ils ne peuvent pas me le commander? Je l’achète en numérique, tiens.

Parce que, sérieusement, c’est le nœud du problème. Stimulons la demande et observons le résultat…
Il y a des plumes extraordinaires à découvrir en langue tamazight. Des univers à explorer, des mots pour nous faire rêver, pour nous secouer, nous surprendre, nous tirer des larmes ou nous faire éclater de rire. Des mots soigneusement choisis pour nous faire vivre quelque chose de précieux, de différent.
Oh, et si ça fonctionne bien cette année, l’année prochaine, nous créerons «Le 12 janvier, j’achète DEUX livres en tamazight».

Soyez au Rendez-vous!
Prenez une photo avec le livre acheté et partagez-le sur facebook

version taqbaylit

TAMURT