Le bateau FFS prend de l’eau de toute part

0
LASKRI
LASKRI

ALGERIE (Tamurt) – Non seulement on ne sait plus sur quel pied danser au FFS mais aussi personne ne sait, également, qui décide et qui commande. La meilleure des preuves est cette décision d’exclusion d’une députée et d’un élu communal prise par la section d’Aokas avant qu’elle ne soit désavouée par le bureau fédéral de Vgayet.

Accusant ces deux élus de ne pas répondre aux convocations de la section et d’avoir mené une contre campagne durant les élections de novembre dernier, pour la députée, et de refuser de démissionner de l’exécutif communal pour l’élu communal, les membres du bureau de section ont pris la décision unilatérale, sans consultation de la hiérarchie ni du conseil de discipline, de radier ces deux militants du parti.  Le bureau fédéral n’a pas tardé à réagir, via les réseaux sociaux,  pour remettre en cause cette décision de sa section d’Aokas. Aucune cohésion dans le travail. Mais qu’est-ce qui se passe au FFS ?

Bien avant la mort de Hocine Ait Ahmed,  le parti du FFS commençait à prendre de l’eau de toute part.  Karim Tabou a été évincé puis c’est au tour de Khaled Tazaghart d’être poussé vers la porte de sortie et un tas d’autres militants, de la première heure pour certains, ont été exclus. Depuis le renouvellement de l’instance présidentielle, ce malaise a été dévoilé au grand jour et le groupe de Laskri a commencé à faire le travail de purge, à commencer par la suspension du député Chaffai Bouiche en attendant son exclusion. Pensant que ceci est également valable pour les instances communales, la section d’Aokas a, ainsi donc, décidé d’exclure sa députée et son élu tête de liste à l’APC. Une véritable anarchie.

Amaynut