Le calvaire des Kabyles continue

4

CONTRIBUTION (Tamurt) – « La France n’a pas appris ses leçons ». Cette phrase rapportée par mon père, ancien du FLN de France, était prononcée par le général vietnamien Vo Nguyen Giap, lors ds sa visite en Algérie en 1976.

Après avoir institué, depuis le Roi Charles X jusqu’au président socialiste Francois Hollande, que l’Algérie est arabe, ce mensonge devenu vérité que tout le monde semble avoir mémorisé par la grâce des supplétifs arabo-islamistes de l’Algérie depuis 1949 (depuis la crise nommée berbèriste), voilà que le gouvernement de Hollande ne dérogeant pas à la politique arabiste de son pays et de l’Algérie, crédibilise, encore une fois, dans le bassin méditerranéen, un système dictatorial, corrompu, qui excelle dans les baise-mains et la servitude devant leurs maîtres venus du Proche-Orient.

Les mafio-seigneurs d’Alger aux amarres de l’Algérie depuis l’indépendance, il y a cinquante ans, ont finalement droit à un prix NOBEL, celui de la MANIPULATION.

Cette Magie des pouvoirs algériens à manier la domestication des peuples berbèrophones et arabophones( berbéres arabisés) et l’esprit mercantile des gouvernants européens n’a pas son égal dans le monde. Subjuguer pour gouverner. Les moyens sont multiples et efficaces. Les contrats aux pays industrialisés et à leurs pseudo-frères du Moyent-Orient, les privilèges à leur clientèle intérieure, la violence, la prison, le mépris et même la mort pour le peuple kabyle.

La harkisation des Algériens, autrefois dans leur grande majorité indomptables, touche toutes les couches de la société.
Si les Allemands, en la personne du président fédéral, M. Joachim Gauck, appellent les jeunes à s’engager beaucoup plus dans la société civile et faire de la sorte preuve d’un courage civil (première allocution à l’occasion de la fête de Noël 2012 de M.Gauck), à l’opposé, le système algérien interdit à la jeunesse kabyle et algérienne de s’exprimer à fin de la rendre plus docile que jamais.
Les émirs du FLN et de tous les autres partis, en réalité, tous des partis FLNois, ayant l’aval de leurs camarades en armes, ne se soucient guère des références authentiquement kabyles, telle la laïcité, la démocratie et Tarugza( capacité de se défendre au lieu de se prosterner devant le dominateur ou l’oppresseur).

Tels des braconniers dans la savane africaine, les cercles du pouvoir produisent et distribuent un long métrage arabo-baathiste à l’intérieur du pays repris par la France dans le monde occidental. Ils assurent ainsi l’extinction du fond culturel berbère de l’Algérie. Seul les intéressent les gisements des hydrocarbures au fond du sous-sol du pays targui amazigh, le Sahara.
Les artistes politico-mafieux des palais, des villas cossues et des bureaux d’Alger ont inventé un produit politiquement fastidieux, inoxydable, incommensurable, dont la patente fut signée par la France d’abord et finalement par l’Union européenne. Les USA et leurs amis regardent aimablement encore un peu de loin ce produit made in Algeria. Sa fabrication qui dure depuis cinquante ans, a fait de l’Algérie un clone arabo-islamiste de la Françarabie.

Ce pays, virtuel dans l’imaginaire des supers puissances de notre planète, mais rejeté par les Kabyles, pousse le traîneau de l’arabo-islamisme dans toute l’Algérie et spécialement en Kabylie afin de semer durablement ses germes.
Le 31 décembre 2012, le journal télévisé en français de Canal-Algérie a affiché à la gauche du speaker les voeux de bonne année 2013, en arabe, en français et en anglais mais pas en kabyle, alors que constitutionnellement cette langue est nationale. Quel mépris pour la culture algérienne et quelle meilleure démonstration du complexe d’infériorité des autorités algériennes vis-à-vis des langues étrangères. Renoncer à leur origine pour plaire à leurs maîtres venus d’ailleurs.
Les Kabyles, tous les Kabyles doivent répondre par un soutien massif au gouvernement provisoire Kabyle, l’ANAVAD. Seule l’autodénomination du peuple kabyle peut répondre à cette oppression, que le gouvernement français est venu soutenir par son séjour de deux jours en Algérie. La visite du président français à Tlemcen fait croire aux Algériens que les vrais héros de la lutte des peuples colonisés de ce territoire, qu’est aujourd’hui l’Algérie, ne sont que l’émir Abdelkader, Messali Hadj et Ben Bella, alors que le premier, après une lutte armée contre le maréchal Bugeaud, s’était rendu après sa défaite aux autorités colonistes et est devenu par la suite, l’ami de la France, de ce temps, toujours impérialiste. Le second était volontairement anti-FLN ( Le FLN d’avant 1962), anti-Kabyle et pro arabo-baathiste. Le troisième un ami inconditionnel du président égyptien Gamal Abdel Nasser, arabo-baathiste, marocain et ennemi juré des Kabyles et de l’Algérie algérienne. La Françarabie impose de la sorte ses idoles aux Algériens, alors qu’aucun débat public digne de ce nom n’eut lieu en Algérie. Même l’histoire est décrétée par l’État FLN en collaboration avec le pouvoir parisien.

La Françarabie a consigné dans l’esprit de la majorité des Algériens une notion de l’histoire, qui n’est pas celle du peuple Kabyle car toujours soucieux de l’objectivité scientifique de cette matière soumise à la gabégie des pouvoirs franco-algériens et de leurs spécialistes qu’ils soient algériens ou français.

« Le calvaire des Kabyles continue ».

Hsen Enderle-Ammour