Le cancer du sein et de l’utérus fait un ravage – Aucun hôpital en Kabylie pour accompagner les cancéreuses

2

Des milliers de femmes Kabyles meurent chaque année du ravage du
cancer du sein et de l’utérus. Par manque de moyens ou de structures les femmes ne peuvent
malheureusement faire aucun dépistage, lorsque la maladie grangraine le corps alors il est
trop tard. Une fleur s’est éteinte, une femme, une mère pour tous est morte. Seules les
larmes et des enfants orphelins restent dans cette pauvre Kabylie : comme dit le proverbe
«Axxam ur deg tettili tmeṭṭut, arzag deg-s lqut».

La Kabylie porte le taux de cancer le plus élevé du territoire national (Aucun chiffre n’est
communiqué sur le sujet). Cette analyse a été faite de manière personnelle sur des femmes de
mon village mortes durant l’année 2010 du cancer de l’utérus, qui sont au nombre de 5. A ce jour il n’y a
aucun Hôpital décent pour accueillir ces femmes malades. Prenons comme exemple la
Wilaya de Tizi-Ouzou avec une population de 1.127.166 habitants (dernier recensement
2008) avec à disposition 2569 lits[[Site officiel de la Wilaya de Tizi-Ouzou]], ce qui représente un lit pour 439 personnes. Ce chiffre se
passe de commentaire. En dix ans la population a augmenté de 18457. Une projection permet
de constater que le nombre de lits sera encore plus insuffisant !

Voici l’explication officielle du taux de mortalité dans la Wilaya de Tizi-Ouzou à 3,83
pour 1000 « Pour la mortalité et contrairement à la natalité on n’enregistre aucune tendance ni
à la baisse ni à la hausse. Ce phénomène est généralement rencontré dans les cas de
catastrophe naturelle ou d’épidémie. ». Devons nous comprendre que le taux de mortalité
n’est jamais dû à une maladie ? Nous comprendrons pourquoi aucun chiffre n’est alors
communiqué sur ce cancer, sans parler des autres maladies toutes aussi alarmantes, sinon il
serait honteux de voir ces chiffres dans un site officiel d’état.

Un projet est en cours pour soi-disant la construction d’un centre Anti Cancer à Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou)
et ce pour 140 lits !
Aujourd’hui il faut se déplacer à l’hôpital Mustapha Bacha pour commencer les séances de
Chimio et encore, s’il y a une connaissance ou une petite enveloppe, ou pire un délai de prise
en charge pouvant aller jusqu’à plus de 8 mois pour espérer une place en enfer, car les
conditions sont lamentables !

Comment expliquer que Annaba achevait en Avril son nouvel Hôpital anti cancer et ce, pour
accueillir près de 3000 malades des autres wilayas pour dépistage, radiothérapie, etc. [[Article El Watan du 05/02/2011]]
Cette comparaison est simplement pour mettre le doigt sur l’injustice que subit la Kabylie.

En attendant la réalisation si un jour elle apparait, il est important de s’organiser et
d’accompagner ces femmes vers la guérison ou tout au moins vers des conditions meilleures.
Etant certaine que dans chaque village Kabyle, une femme est peut-être dans ce cas, alors que
chaque Kabyle conscient de ce drame communique même si le sujet est tabou, on doit conseiller à ces
femmes de 25 à 65 ans de faire des dépistages et ce une fois tous les 3ans. Certes les
moyens peuvent être un frein mais on doit compter sur l’humanité de chacun pour prendre en charge
une personne de sa famille ou de son entourage.