Le Congrès Mondial Amazigh dépose plainte contre Naïma Salhi

15

BEJAIA (Tamurt) – La journée internationale pour la discrimination raciale, célébrée chaque 21 du mois de mars, a été l’occasion pour la présidente et le vice-président du congrès mondial amazigh d’animer ce mercredi matin, une conférence de presse au niveau du siège du parti socialiste des travailleurs de Vgayet.

Au cours de ce point de presse, le CMA a présenté son rapport alternatif au Comité de l’ONU contre le racisme et les discriminations raciales à l’encontre des Amazighs d’Algérie, les observations et les recommandations faites par le Comité CERD au gouvernement algérien et fait part de sa plainte déposée à Akbou contre la députée algérienne Naima Salhi, auteure de propos racistes et d’appels à la haine raciale contre les Amazighs et les Kabyles en particulier. Celle-ci n’arrête pas de faire parler d’elle depuis sa levée de boucliers contre les amazighs en général et les kabyles e particulier.

Pourtant malgré la présence à l’hémicycle algérien d’une quarantaine de députés kabyles aucun n’a osé porter plainte contre elle ni demander la levée de son immunité parlémentaire afin qu’elle soit traduite en justice. Dire que si c’était un kabyle qui avait traité les arabes de vendus et d’ennemis, il aurait été, certainement,  emprisonné par le pouvoir en place pour ne pas dire peut être même assassiné.

« Les discours haineux ont toujours conduit aux génocides » dira encore Hocine Azem. Ce dernier a ajouté: « Bien que je ne sois pas convaincu que l’Algérie sanctionne ses propres mercenaires contre les Amazighs en général et les Kabyles en particulier, cependant pour convaincre les instances internationales du racisme que subissent les Kabyles, nous avons besoin d’apporter des preuves contre l’Algérie pour que celle-ci soit obligée de sanctionner les auteurs des discours discriminatoires et racistes à notre égard »..

Amaynut pour Tamurt