Le conseil constitutionnel déclenche la procédure de destitution de Bouteflika

0
Ahmed Gaid Salah et Bouteflika
Ahmed Gaid Salah et Bouteflika

ALGERIE (TAMURT) – le chef de l’état-major de l’armée demande que le président Bouteflika soit déclaré inapte. C’est le Conseil constitutionnel qui est habilité à déclencher la procédure de destitution du chef de l’État.

Ca y est, l’armée lâche Bouteflika. le chef d’état-major de l’armée et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, a demandé l’application de l’article 102 de la Constitution algérienne « pour cause de maladie grave et durable vu que Bouteflika se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions ».

Selon Gaid Salah, proche jusque là de Bouteflika : « Il devient nécessaire, voire impératif, d’adopter une solution pour sortir de la crise, qui répond aux revendications légitimes du peuple algérien, et qui garantit le respect des dispositions de la Constitution et le maintien de la souveraineté de l’Etat ».

Selon la constitution algérienne, c’est au président du Conseil de la Nation, Tayeb Belaiz, 70 ans, d’assuer l’interim pendant 45 jours. L’article 102 de la Constitution prévoit que le Parlement, sur proposition du Conseil constitutionnel « réuni de plein droit », déclare à la majorité des deux-tiers, « l’état d’empêchement » lorsque « le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions ».
Si « l’empêchement » se poursuit à l’issue de ce délai, est déclarée la « vacance » du pouvoir. L’intérim se poursuit durant 90 jours maximum, période durant laquelle une présidentielle est organisée.

Massy Koceila

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici