Le directeur du journal Echourouk simule un enlèvement

1
Ali Fodhil directeur d'Echourouk
Ali Fodhil directeur d'Echourouk

ALGERIE (TAMURT) – Ce que les Algériens appellent une révolution populaire contre le régime n’est en fin de compte qu’une tempête dans un verre d’eau. La manipulation était claire dès le départ. Un certain Nekkaz et un autre au nom de Missoum ont été envoyé sillonner l’Algérie pour mettre les jeunes en défervescence, avant de disparaître complètement de la scène.

Mais les manipulations continuent. Hier, la police politique algérienne a simulé un enlèvement digne d’un film policier. Le directeur du journal Echourouk, fervent défenseur du régime et de Bouteflika, a été soit disant enlevé pour quelques heures. Les décideurs veulent fabriquer des héros. C’est le cas d’un certain Abdou Semar et de Hichem Aboud, pseudo journalistes, le premier a été soit disant arrêté et le second a passé des années à insulter Saïd Bouteflika avant de faire la courbette devant lui.

La police politique manie le peuple algérien comme des marionnettes. Dommage que des Kabyles aient été emportés dans la spirale des manipulations algériennes.

Nadir S.

1 COMMENTAIRE

  1. Tant que nos organisations ne se dépassent pas dans un élan d’altérité au service de la Kabylité et se mettre autour d’une table pour qu’ensemble confédérer les force en vue de la mise sur pieds d’un parlement Kabyle, on sera là passivement à interpreter les activités du régime arabe. L’arabisme du peuple et celui du régime se cherchent et ils finiront par se trouver.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici