Le discours et la méthode chez les démocrates kabyles algérianistes

18
Le discours et la méthode chez les démocrates kabyles algérianistes
Le discours et la méthode chez les démocrates kabyles algérianistes

KABYLIE (Tamurt) – Le dernier témoignage en date nous vient de l’illustre fils du valeureux colonel Amirouche (31/107/1926-29/03/1959), Nordine Aït Hamouda. Sur le plateau de KBC ce dimanche 14 décembre, la chaîne privée algérienne, l’ex député RCD de Tizi-Ouzou a rapporté qu’en 1962, quelques mois après la pseudo indépendance, des transfuges de l’armée des frontières et d’anciens harkis ont manifesté devant la maison de son grand père à Oued El Fedha près de Chlef aux cris « Kabyles rentrez chez vous ».

Les mêmes réactions avaient entaché les manifestations de la CNCD à Alger en 2011, quand des contres manifestants à la solde du clan d’Oudjda scandaient à l’adresse du Dr Said Sadi, « rentre chez toi sale Kabyle ».

Que des racistes arabophones algériens profèrent des insultes à l’encontre des Kabyles n’a rien de nouveau en soit. Mais l’absence de réaction de ces responsables politiques à la mesure du préjudice subis, installe une sorte de normalité vis-à-vis de ce genre d’insultes. De façon insidieuse et latente, un racisme ordinaire anti-kabyle se réinstalle de nouveau dans le paysage politique algérien.

Lors d’une conférence sur les droits de l’Homme à Tizi-Ouzou, celui qui a écrit un magnifique livre sur la vie et le combat du colonel Amirouche, lance une diatribe à peine voilée contre la mouvance autonomiste et souverainiste. Le Dr Sadi, puisque c’est de lui qu’il s’agit à exhorter la foule à ne pas céder à la tentation de stigmatiser d’avantage la Kabylie. Il conseille aux Kabyles de se fondre dans le décor pour ne s’attirer les foudres du pouvoir raciste d’Alger et d’éviter de revendiquer un statut particulier à la Kabylie.

C’est à croire que les Kabyles des formations politiques dites nationales marchent sur la tête. Comment expliquer sur plus de 300 pages, l’anti-kabylisme structurel du pouvoir algérien, et soutenir encore contre vents et marées qu’il existe encore un avenir commun à la Kabylie au sein de l’État nation algérien ?
Comment marteler à longueur de discours que la France coloniale et sa création l’Algérie se sont liguées contre la Kabylie et croire encore à la viabilité d’un projet émanant des Kabyles pour le bien commun algérien ?

Au lieu de travailler à l’édification et au renforcement de la conscience nationale kabyle, les acteurs politiques kabyles des formations dites nationales, s’entêtent à s’accrocher à des chimères. Les mêmes, qui une fois disparues, ils se réfugieront dans cette chère Kabylie comme l’avait fait certains en 1963. Quant à notre cher docteur, à force de donner des leçons d’Histoire, il semble oublier que la Wilaya III n’est autre que la Kabylie.

Zahir Boukhelifa