Le drapeau kabyle hante le pouvoir algérien

14

KABYLIE (Tamurt) – L’emblème Kabyle s’est imposé en Kabylie. Il est partout. Les Kabyles le hissent, et avec fierté, à chaque occasion ou manifestation populaire. Les supporters de la JSKabylie le brandissent lors des rencontres sportives au stade du premier novembre de Tizi-Ouzou.

Les services de sécurité, sur ordre de wali de Tizi-Ouzou, ne savent plus quoi faire pour empêcher le brandissement des couleurs kabyles dans les stades, surtout lors des rencontres transmises  en direct par les télévisions algériennes.

Lors du dernier match de la JSK à domicile, les policiers étaient sur le qui-vive  et ont mené une chasse sans merci contre les Kabyles munis de drapeau de leur pays. Mais force est de constater que le drapeau se voit de plus en plus présent dans les stades au fil du temps. L’interdiction des services de sécurité a eu un effet contraire de ce qu’ils espèrent. «  Je ne suis pas du MAK, mais je brandis le drapeau Kabyle au stade de Tizi-Ouzou par principe et par fraternité aux militants du Mak », glisse Arezki, un jeune supporter de la JSK.

Même sur les réseaux sociaux, les couleurs kabyles ornent les comptes de la plupart des Kabyles. Ferhat Mehenni et ses compagnons qui ont été derrière l’élection de ce drapeau, un geste certes juste symbolique, mais qui s’avère stimulateur et provocateur d’esprit de nationalisme chez les Kabyles, et, bien sûr, de haine et de racisme chez les ennemis.  Pour le drapeau algérie, il n’existe que sur les entrées des institutions étatiques en Kabyles, comme les commissariats et les mairies. C’est comme lors de l’époque de  la colonisation française.

Lounès B