Le général Tewfik a-t-il lâché Issad Rebrab ?

1

ALGERIE (TAMURT) – Aucune réaction de la part du général Mohamed Mediene, dit Tewfik, n’a été enregistrée depuis l’interpellation suivie d’incarcération de l’homme d’affaires Issad Rebrab à la prison d’El Harrach, lundi dernier. Pourtant, le général Tewfik a toujours aidé et protégé Issad Rebrab. Pourquoi pas cette fois-ci ?

Que peut signifier l’absence totale de réaction de la part du général Tewfik quant au sort réservé, ces derniers jours, à son protégé de toujours Issad Rebrab ? Pour l’instant, le général Tewfik ne s’est pas encore manifesté du moins directement en rendant publique une éventuelle réaction comme il l’avait fait, promptement, il y a quelques années, suite à l’arrestation et l’emprisonnement du général Hacène, qui était l’un des ses plus proches collaborateurs. Certes, nous avons enregistré ça et là plusieurs réactions de personnes réputées être très proches du général Mohamed Mediene, sans plus. Il faut noter par ailleurs que de nombreux observateurs ont affirmé que l’arrestation de Issad Rebrab n’est rien d’autre que la mise en exécution de la menace et du dernier avertissement adressé par Ahmed Gaid Salah au général Tewfik, il y a quelques jours.

La question qui demeure posée est la suivante : pourquoi Ahmed Gaid-Salah a préféré s’en prendre à l’un des hommes de main du général qualifié, pendant 25 ans, de « Reb Dzair » (le dieu de l’Algérie) au lieu de s’attaquer directement à ce dernier ?
En outre, il y a lieu de souligner qu’après les travailleurs de Cevital et ceux de l’unité de production d’eau minérale « Lala Khedidja », Cherif Mellal, président de la JSK (Jeunesse Sportive de Kabylie) a lancé un appel hier à une marche. En effet, la direction du club kabyle a lancé un appel pour une marche de soutien à Issad Rebrab pour aujourd’hui jeudi 25 avril 2019 à 11 heures de l’université « Mouloud Mammeri » vers l’ancienne gare routière.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. Emprisonnement pour un défaut de facturation présumée alors que l’ on parle de 200milliards € siphonnés durant les 20 ans passés. C’est du reste la loi impérative économique qui exige d’ un contexte juridique libre pour parler de marché. Dans notre cas c’ est plus d’une guerre de proxy qu’il s’ agit.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici