Le GPK répond à l’appel des M’ZAB

14

PARIS (Tamurt) Le président du Gouvernement Provisoire Kabyle a pris part à la manifestation organisée par les Amazigh de France. Îl a tenu un discours grave et solonel . Ferhat Mehenn à préciser que « les événements de Ghardaia et dans les sept cités des Mzab sont de la responsabilité de l’Etat algérien à sa tête Bouteflika ».

Il a ajoute que le Docteur Fekhar, arrêté par les forces de l’ordre algériennes, est un sage et un défenseur des droits de l’homme et que l’annonce de Sellal de son arrestation est une honte, que « l’Etat Algérien ferait mieux d’arrêter les criminels ». Il a aussi précisé au que l’Etat algérien est affolé au point d’accuser le peuple kabyle et notamment le MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie) d’être derrière les événements de Ghardaia, une aberration et une absurdité.

« La Kabylie a tout donné à l’Algérie mais celle-ci nous récompense avec du mépris et des balles explosives ». précise-t-il. Il réitère aussi la volonté de la Kabylie à être indépendante et appelle les Mozabites à faire de même, d’exiger leur indépendance et de s’autogouverner pour pratiquer leur langue et leur religion Ibadite dans la dignité. Il appelle également « tous les peuples amazighs à faire de même et charge à tous de créer plus tard une confédération des Amazigh de l’Afrique du Nord ».

Le président du GPK termine son discours en appelant les instances internationales de se saisir du drame des M’zab et de mettre le territoire Mzab sous protection internationale. Ferhat rappelle que « le pouvoir algérien tout comme son armée, sa gendarmerie et sa police ne sont pas neutres. Ils veulent chasser les m’zab de leurs terres.  Il veulent séparer cette fraternité construite avec leurs frères Kabyles ».

Le président Mehenni  exige au nom du GPK que « le Dr Fekhar et ses codétenus soient libérés et qu’une enquête  internationale sans les autorités algériennes soit ouverte pour faire la lumière sur ces événements ».

Il appelle aussi la France dans un passage de son discours à arrêter de soutenir l’Etat algérien car comme il précise « L’Algérie est un Etat voyou, une mafia, que la France de Hollande soutient ». Il appelle la France, tout au moins,  à imposer le principe des Droits de l’Homme. « Elle doit prendre ses responsabilités comme le pays des Droits de l’Homme et arrêter de soutenir la dictature.

Massi N