Le journaliste Said Ait-Mebarek agressé à Tizi Ouzou

1
Le Soir d'Algérie
Le Soir d'Algérie

KABYLIE (TAMURT) – Le journaliste Said Ait-Mebarek, exerçant au bureau régional du journal « Le Soir d’Algérie » a été agressé dans la ville de Tizi Ouzou, a déploré, hier, l’Association des journalistes et correspondants de la wilaya. Said Ait Mebarek a été agressé par un médecin, selon la même source.

« Le vendredi 31 janvier, un médecin, propriétaire d’une clinique privée à Tizi Ouzou s’en est pris à notre confrère Said Ait Mebarek, du quotidien « Le Soir d’Algérie », en adoptant une attitude agressive et menaçante, et usant de propos vexatoires et humiliants », souligne l’Association des journalistes et correspondants de la wilaya de Tizi Ouzou dans un communiqué rendu public hier. Ladite association a ajouté : « Cette façon d’agir de ce professionnel de la santé est loin d’honorer la fonction qu’il exerce, encore moins la communauté à laquelle il appartient. Au lieu de faire valoir son droit de réponse auprès du quotidien en question, ou tout au moins s’adresser au journal suivant les formes d’usage, le Dr Kamel Daoudi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a choisi de s’en prendre dans la rue, au milieu de la foule venue participer à la marche du vendredi ».

La même association a précisé que le journaliste agressé a affirmé pourtant, à son agresseur, n’être pas le rédacteur de l’article qui aurait évoqué ses activités médicales. « Nous, association des journalistes et correspondants de Tizi Ouzou, condamnons énergiquement cet acte odieux commis envers notre confrère car constituant une forme de violence, un harcèlement en règle, et pis encore, une atteinte de trop à l’exercice du métier de journaliste devant laquelle on ne peut se taire. A la même occasion, nous réaffirmons notre soutien et entière solidarité avec le journaliste Said Ait Mebarek », conclut le communiqué de l’Association des journalistes et correspondants de la wilaya de Tizi Ouzou.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. Si l’article concernant le médecin a rapporté des faits véridiques, le journaliste, au lieu de pleurnicher n’a qu’à porter plainte contre le médecin au sujet de l’agression et l’enquête judiciaire va certainement étudier l’article et approfondir les choses.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici