Le MAK assoit sa légitimité populaire en Kabylie

33

KABYLIE (Tamurt) – Ce 20 avril 2010, le MAK, à travers les grandioses marches qu’il a organisées dans les trois grandes villes de Kabylie, vient de démontrer son ancrage incontestable chez les Kabyles, toutes générations confondues. Les dizaines de milliers de jeunes étudiants et étudiantes, d’hommes, de femmes et même de personnes âgées qui ont battu le pavé, derrière les slogans du MAK à Tuβirett, Bougie et à Tizi-Ouzou ont clairement affiché leur profonde adhésion à la principale revendication du mouvement à savoir l’autonomie politique de la région kabyle. Ils étaient 40 mille marcheurs dans les rues de Tizi, autant à Bougie et 10 milles à Tuβirett à scander d’une seule voix « Kabylie libre et autonome »,

Cette formidable mobilisation est un triomphe pour le MAK qui assoit, à l’occasion, définitivement sa représentativité populaire en Kabylie. Elle représente aussi un cinglant échec à tous les détracteurs du MAK et du peuple kabyle, à commencer par le pouvoir algérien qui dénie le droit de ce peuple à s’autodéterminer, et ses relais politiques et médiatiques dans la région qui apprennent une bonne fois pour toutes que la Kabylie n’est pas et ne sera jamais vendue.

L’élan populaire qu’a connu la Kabylie, en cette mémorable journée du 20 avril 2010, conforte le MAK dans son choix de revendiquer la liberté pour le peuple kabyle, qui a pleinement droit à son État propre et à ses institutions représentatives, malgré les persécutions des autorités et l’intox de la presse algérienne qui a choisi le black-out, si ce n’est tout simplement la désinformation.

Le mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, conscient de la justesse de sa cause et de la noblesse de son combat est convaincu que rien ne pourra arrêter le peuple kabyle dans la quête de son identité et de sa souveraineté, sur son territoire, capitalisera cette victoire en installant incessamment un gouvernement provisoire, seul interlocuteur fiable de la Kabylie et seul porte-parole du peuple kabyle auprès de la communauté internationale et de ses institutions.

A. Mekdam

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici