Le MAK commémore le 22 mai 45 à Melbou

3

BOUGIE (Tamurt) – La date du 22 mai est restée gravée dans la mémoire collective des kabyles. En effet, il y a 68 ans de cela, les colons français avaient rassemblé, à Melbou, toutes les populations de l’Est bougiote, soit de Kherrata à Aokas, pour une leçon d’intimidation orchestrée par le préfet de l’époque à partir d’un bâtiment de guerre stationné au large de la méditerranée afin d’asseoir une totale soumission des habitants.

En cette matinée du mercredi 22 mai, au cimetière des martyrs de la localité, après une minute de silence observée à la mémoire de tous les martyrs de la Kabylie, Mouloud Mebarki, président du conseil national du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) à la tête d’une forte délégation, a, dans son intervention, rappelé aux nombreux militants présents le rôle capital joué par la Kabylie dans le mouvement national et la guerre de libération. Pour l’orateur, le rassemblement du 22 mai 1945 qui a suivi les évènements du 8 mai, démontre que la Kabylie n’a pas attendu Novembre 1954 dont elle est l’artisan principal, pour se mobiliser contre la colonisation française. Il a également précisé qu’à chaque anniversaire du massacre perpétré entre le 8 et le 22 mai 1945 au niveau des communes de l’Est Kabyle, le MAK commémorera cet évènement le 22 mai, date correspondant au grand rassemblement des populations kabyles sur les plages de Melbou.

Mouloud Mebarki n’a pas omis de faire remarquer qu’ à l’indépendance confisquée, la Kabylie qui a enfanté l’Algérie, s’est trouvée soumise à une autre colonisation incarnée par l’Algérie Arabe.

Pour le président du conseil national du MAK , son mouvement poursuit le combat pour la parachèvement du processus de la décolonisation en arrachant le droit du peuple kabyle à son autodétermination.

Amaynut