Le MCA et les enjeux de changement

2

Le discours officiel du pouvoir marocain (Makhzen) véhiculé directement par ses médias ou indirectement par ses institutions de médiation comme le CNDH (ancien CCDH), tente de présenter le Maroc comme une exception dans la région. Cependant, l’avènement d’un mouvement contestataire de masse baptisé « Mouvement 20 Février » et sa revendication d’un changement réel répondant aux aspirations de millions dopprimés marocains, a démasqué la propagande de l’oligarchie gouvernante.

L’exception faite aux détenus politiques amazighs dans la grâce accordée à certains détenus, la question de la constitutionnalisation de l’amazigh rend légitime la discussion des enjeux et la contribution des militants amazighistes dans le changement.

Le MCA ( Mouvement Culturel Amazigh ) a l’obligation d’agir intelligemment en bénéficiant des changements sociopolitiques que connait le monde d’aujourd’hui, en militant pour le recouvrement de toutes les revendications légitimes amazighes et à leur tête la libération immédiate des détenus politiques Hamid OUADOUCH et Mustapha OUSSAYA et l’officialisation de la langue et de l’identité amazighe dans une constitution démocratique.

Pour être au niveau de cette occasion historique, une conscience, un courage et une mobilisation totale doit être manifestée par les militants amazighs.

Entreprendre des actions militantes bien réfléchies dans cette période cruciale est une condition sine qua non pour le recouvrement des droits du peuple amazigh demain. De mon point de vue, cela passe par :

– Une réelle coordination entre les organisations amazighes pour préparer une liste unifiée de revendications amazighes et pour tracer un programme militant en coordination avec les organisations revendiquant le changement au Maroc. Toute action militante pour un changement démocratique doit être objet de consensus entre les différentes sensibilités du discours amazigh d’une part et les autres courants démocratiques d’autre part.

– Insister sur l’officialisation du Tamazight et sur la libération immédiate des détenus politiques Hamid OUADOUCH et Mustapha OUSSAYA.

– Exiger un système démocratique, laïc, fédéral et une constitution élaborée par une assemblée constituante issue de la volonté populaire.

– Mobilisation des groupes artistiques engagés pour « le combat de l’officialisation ».

– S’investir dans le monde numérique et dans le cyber-militantisme amazigh comme catalyseur dans le processus de mobilisation politique.

– Faire réussir les manifestations du 20, 24 Avril et le 1er Mai.

– Militer pour une justice économique et pour l’égalité des chances.

– Boycott de tout référendum ne reconnaissant pasTamazight comme langue officielle.

– Revendiquer une discrimination positive en faveur du Tamazight comme langue victime d’un linguicide programmé depuis des années.

Mustapha OUDANI